BFMTV

David Letterman, monument de la télé américaine, tire sa révérence

A 68 ans, l'animateur a fait ses adieux au petit écran, lors de son 6.028e et dernier Late show, diffusé sur CBS.

Avec des stars, des blagues à foison, et un clin d'œil de quatre présidents, le célèbre humoriste américain de télévision David Letterman a tiré mercredi soir sa révérence, après une carrière record de 33 ans ayant inspiré toute une génération de comédiens.

A 68 ans, il a animé sur CBS son 6.028e et dernier Late show, émission télévisée typiquement américaine, mélangeant en troisième partie de soirée monologues, interviews et séquences plus ou moins absurdes.

Hommages et standing ovation

Son dernier show s'est ouvert avec une brève séquence filmée de quatre présidents - George Bush, George W. Bush, Bill Clinton et Barack Obama - reprenant la phrase historique de l'inauguration de Gerald Ford en 1974 "Mes chers compatriotes, notre long cauchemar national est terminé". "Letterman part à la retraite", a ajouté Barack Obama, debout à côté du comédien. "Vous blaguez?", a répondu pince-sans-rire Letterman dans cette séquence.

L'acteur Jerry Seinfeld, les comédiens Chris Rock, Steve Martin, Tina Fey, Alec Baldwin, Julia Louis-Dreyfus, Jim Carrey et Bill Murray, la journaliste Barbara Walters ou encore le joueur de football américain Peyton Manning, avaient fait le détour jusqu'au théâtre Ed Sullivan, où Letterman enregistrait toutes ses émissions à New York. Le groupe rock des Foo Fighters était aussi de la fête, pour cette soirée où ont également été rediffusés de nombreux extraits d'émissions anciennes. 

"Un pourcentage important des shows étaient nuls"

En raison des nombreux hommages rendus - qu’il s’est amusé à qualifier de "flatteurs, embarrassants et gratifiants" - l’animateur du Late show a tout de même demandé avec humour à ce qu'on en "garde un peu pour ses obsèques". Face à une longue standing ovation offerte par ses fans, David Letterman a brièvement laissé paraître son émotion sur la fin. Le comédien, qui avait annoncé l'an dernier son intention de partir à la retraite, les a remerciés, ainsi que son équipe et sa femme et son fils de 11 ans, présents dans la salle.

L’homme de télé en a également profité pour souhaiter bonne chance à son successeur, Stephen Colbert, 51 ans, qui doit démarrer en septembre. "Je pense qu'il va faire un merveilleux travail", a-t-il déclaré avant d’ajouter que sur les plus de 6.000 émissions qu’il a enregistrées, "un pourcentage important de ces shows étaient nuls". Quant à la suite, David Letterman n'a avoué aucun projet précis pour sa retraite, plaisantant lors de son dernier show sur le fait qu'il comptait monter un numéro de tigres blancs à Las Vegas.

La fin d'une époque

Sarcastique, irrévérencieux, imprévisible, et à l'occasion impitoyable intervieweur, David Letterman avait démarré en 1982 sur NBC, avant de passer sur CBS en 1993, quand NBC lui avait préféré Jay Leno pour le Tonight Show.

Il avait à l'époque révolutionné l'humour télévisé américain, et toute une génération d'Américains avait pris l'habitude de se coucher très tard, pour ne rien rater de ses blagues parfois absurdes, et de ses interviews volontiers provocatrices. Son public avait vieilli avec lui, et son départ a été célébré comme la fin d'une époque. Il a également inspiré toute une génération d'humoristes, qui progressivement ont pris le relais, s'appuyant sur les réseaux sociaux, ce qu'il n'avait pas su faire: parmi eux, Jimmy Fallon, 40 ans, Jimmy Kimmel, 47 ans, Seth Myers, 41 ans. "Ils ne m'ont pas poussé dehors", avait-il récemment confié au New York Times. "J'ai 68 ans. Si j'en avais 38, je voudrais probablement continuer à faire le show".

Au début du mois, Barack Obama était venu sur son plateau, plaisantant sur le fait qu'ils auraient bientôt le temps de jouer ensemble aux dominos. Oprah Winfrey, George Clooney, Julia Roberts, Adam Sandler, Al Pacino et Bill Clinton y étaient venus la semaine dernière.

Dernier invité de l'émission, Bill Murray est sorti d'un gâteau géant pour sa dernière.

Romain IRIARTE avec AFP