BFMTV

Audrey Crespo-Mara: "Il n'y a aucune raison que Claire Chazal s'en aille"

Audrey Crespo-Mara, nouvelle présentatrice du JT de TF1

Audrey Crespo-Mara, nouvelle présentatrice du JT de TF1 - TF1

Quelques jours après ses débuts comme joker du 20 heures de TF1, Audrey Crespo-Mara s'est confiée sur sa place à l'antenne et sur l'avenir de la star des JT de la chaîne.

Débuts réussis pour Audrey Crespo-Mara. La journaliste de 38 ans est la nouvelle présentatrice du JT de TF1 depuis le weed-end dernier. La remplaçante d'Anne-Claire Coudray, absente en cette période estivale en raison d'un congés maternité, a su trouver sa place au 20 heures en séduisant les téléspectateurs de la chaîne. De quoi revoir ses ambitions à la hausse ? De passage sur Europe 1 dans Le Grand Direct des médias, la compagne de Thierry Ardisson assure vouloir garder les pieds sur terre.

Alors que certains la verraient bien prendre la place de Claire Chazal dans les années à venir, Audrey Crespo-Mara assure qu' "aucun changement n'est prévu" de cet ordre à TF1. "Ma mission est très claire, confie la journaliste de LCI, ce que Nonce Paolini, le PDG de TF1, et Catherine Nayl, la directrice de l'info de TF1, m'ont confié comme mission, c'est de remplacer Anne-Claire (Coudray) le temps de son congés maternité. Je suis là pour six week-ends. Et c'est très clair depuis le début."

"Je n'ai pas du tout envie de prendre sa place"

Assurant vouloir "profiter de l'instant" et de "cette chance inouïe de présenter le journal de TF1 cet été", Audrey Crespo-Mara explique que c'est bien sur LCI que les téléspectateurs pourront la retrouver à la rentrée. 

Quand on lui parle d'une possible succession de Claire Chazal, la star des JT de TF1 depuis 20 ans, Audrey Crespo-Mara botte en touche et préfère mettre en avant le grand professionnalisme de sa confrère. "C'est quelqu'un que j'admire beaucoup, explique-t-elle. Elle a fait du journal de TF1 le week-end ce qu'il est aujourd'hui. Il est incontournable. Il est devant France 2. Il n'y a aucune raison que Claire s'en aille." Et de conclure : "Je n'ai pas du tout envie de prendre sa place".

Fabien Morin