BFMTV

Affaire Guéant: Devedjian piégé par Dahan

Une du site Le Canard enchaîné

Une du site Le Canard enchaîné - -

Pour la première fois, le journal a publié un document sonore sur son site internet, qui se limitait jusqu'à présent à publier ses unes et des informations pratiques.

C'est une grande première. Le Canard enchaîné, publication bientôt centenaire, a publié lundi sur son site internet un document sonore. Jusqu'ici, le site internet de l'hebdomadaire se limitait à publier les unes du "palmipède" et des informations pratiques. "Notre métier, c'est d'informer et de distraire nos lecteurs, avec du papier journal et de l'encre. C'est un beau métier qui suffit à occuper notre équipe", explique-t-on sur le site du titre.

Des canulars de Gérald Dahan

Lundi, ont été mis en ligne deux enregistrements de l'imitateur Gérald Dahan qui, se faisant passer pour le ministre de l'Intérieur PS, Manuel Valls, appelle les anciens ministres UMP Patrick Devedjian et Claude Guéant à propos de l'affaire des primes en liquide.

Le faux Valls y affirme notamment que "l'argent ne vient pas du tout des tableaux". Ce à quoi le vrai Patrick Devedjian répond "ça c'est sûr!".

De son côté, Claude Guéant promet de rappeler le ministre de l'Intérieur sur son portable ultérieurement, sans dire grand chose.

Un journal sans publicité

"Le papier a ses limites et on n'a jamais fait le serment solennel de ne pas entrer sur le net. Mais on est prudent car il n'y a pas de modèle économique (sur la toile, NDLR) pour un journal sans publicité qui veut vivre de la vente de ses numéros à ses lecteurs", a déclaré Louis-Marie Horeau, rédacteur en chef du Canard enchaîné.

"C'est un complément et il pourra arriver que cela se reproduise. On avait conscience que ce n'était pas tout a fait indifférent dans la longue histoire du Canard. Ce n'est pas non plus un tournant mais il n'y avait pas de précédent, c'est vrai", a-t-il ajouté.

L'hebdomadaire satirique avait ouvert en juillet un compte Twitter pour protéger son nom sur le réseau social et diffuser les titres de ses éditions la veille de leur parution.