BFMTV

Thomas Ngijol répond aux accusations de CopyComic: "Tu veux détrôner le duc!? Mauvaise idée..."

Thomas Ngijol en 2014

Thomas Ngijol en 2014 - Kenzo Tribouillard - AFP

L'humoriste s'en prend vivement à CopyComic, après la publication d'une vidéo soulignant des ressemblances entre certaines vannes de l'humoriste et celles d'Eddie Murphy, Chris Rock ou Dave Chappelle.

"C'est parti pour un octogone sans règles en bonne et due forme!" Sur Instagram, Thomas Ngijol ne décolère pas. Accusé de plagiat par le compte CopyComic, il lui répond dans un long texte publié sur le réseau social. "Tu veux détrônez (sic) le duc!? Mauvaise idée...", attaque-t-il en préambule.

"Tenter de réduire mon travail à ton montage pourri, mauvaise idée...", dit-il à propos de cette vidéo de 10 minutes où CopyComic souligne des ressemblances entre certaines vannes de Thomas Ngijol et celles d'Eddie Murphy, Chris Rock ou Dave Chappelle.

"Et évidemment dans ton montage, je n'ai plagié que des noirs... Aucun comique blanc? Moi qui suis admiratif publiquement du travail de Ricky Gervais ou encore d'Eddy Izzard... Remate bien un de mes deux spectacles, il y a deux références cachées à chacun d'entre eux Inspecteur Copy Caca...", lance l'humoriste, avant de démonter point par point l'accusation de CopyComic.

"Plus que de l'inspiration, j'appelle ça de la culture"

Thomas Ngijol assure avoir découvert "sur le cul et super heureux" les ressemblances avec le stand-up de Chris Rock, mais précise que ses vannes datent de 2006 (alors que le spectacle de l'humoriste américain est de 2009): "Plusieurs témoins présents peuvent te le confirmer mais connaissant ta vaillance je doute de l'entrevue..."

Pour les emprunts à Eddie Murphy, Dave Chappelle et Richard Pryor, il s'agit selon Thomas Ngijol d'hommages: "Je suis un enfant qui a navigué comme beaucoup entre la culture française et la culture américaine. Plus que de l'inspiration, j'appelle ça de la culture imbécile de Copy Couillon! Lance-toi dans Copy HipHop, tu seras étonné de voir le nombre de rappeurs français qui s'inspirent des artistes américains... mais à la fin on s'en fout, l'important c'est d'avoir sa propre identité." Il ajoute: 

"J'ai moi-même vu de jeunes humoristes [...] s'inspirer de mon travail et que dire au final? Bah je trouve ça plutôt flatteur! Il y a même un des plus grands humoristes au monde actuel qui a fait le même passage que moi dans un de ses derniers spectacles, mais là évidemment tu n'as rien vu inspecteur Copy Biglouche... #Hypocrite."

Thomas Ngijol conclut son texte en remerciant CopyComic: "Merci pour la force poto, moi qui doit annoncer bientôt quelques dates histoire de retrouver mon public qui me manque dans une petite salle intimiste... Là, c'est carrément Noël avant l'heure! Tu voulais un buzz, Copy Caca l'a fait!"

Jérôme Lachasse