BFMTV
Têtes couronnées

Un céramiste anglais s'active pour le Jubilé d'Elizabeth II

Dans son atelier de céramiques, Simon Willis présente fièrement le service de vaisselle qu'il a créé pour le jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

Dans son atelier de céramiques, Simon Willis présente fièrement le service de vaisselle qu'il a créé pour le jubilé de platine de la reine Elizabeth II. - Oli Scarff - AFP

Dans son atelier, Simon Willis, propriétaire de Goviers, entreprise spécialisée dans la fabrication de céramiques commémoratives, travaille sur une collection spéciale à l'approche du Jubilé de la reine.

Dans son atelier de céramiques, Simon Willis présente fièrement la collection de vaisselle qu'il a lancée pour les 70 ans de règne d'Elizabeth II, avec le rêve à peine dissimulé que la monarque ajoute une de ces pièces à sa collection personnelle.

"Nous n'avons aucune chance de revoir une reine ou un roi sur le trône pendant 70 ans", lance le propriétaire de Goviers, une entreprise spécialisée depuis plus de trente ans dans la fabrication de céramiques commémoratives à Stoke-on-Trent, dans le centre de l'Angleterre. "Ce n'est pas rien!"

Une gamme "Jubilé de platine"

Elizabeth II a accédé au trône le 6 février 1952 et des festivités sont prévues en juin. Pour l'occasion, Goviers met en vente depuis juillet dernier une gamme "Jubilé de platine" de tasses et d'assiettes aux motifs fleuris très anglais.

Le travail est minutieux, chaque motif étant d'abord imprimé par tranches de couleurs avant d'être posé manuellement sur une tasse ou une assiette en porcelaine fine. Au pinceau, une céramiste ajoute les dernières finitions dorées sur la vaisselle, qui sera ensuite cuite avant d'être prête à être commercialisée.

De la tasse brute aux dernières touches de peinture, tout est confectionné à Stoke-on-Trent. Idéalement située dans les Midlands, avec de l'argile pour fabriquer les céramiques et du charbon pour les cuire, la ville était devenue le centre mondial de la production de poterie vers 1800, prospérant pendant des décennies avant de connaître un net déclin, entre fermeture d'usines et délocalisations en Asie.

"De nombreuses usines sont parties à l'étranger en raison des coûts" de production et n'ont pas de collection spéciale pour le jubilé royal, regrette Simon Willis, 58 ans. "Je pense que le marché n'est pas assez gros."

Une tradition "très anglaise"

Tombé par hasard dans la céramique après des études d'économie spécialisées dans l'industrie automobile, il n'a pas hésité avant de créer sa gamme anniversaire, conscient que ses clients, à 90% Britanniques, sont des collectionneurs.

"Ils ont sûrement chez eux des assiettes pour célébrer le mariage de la reine, son couronnement, tous ces évènements...", souligne-t-il. "C'est une tradition, j'imagine très anglaise".

Vendues entre 45 livres (54 euros) pour la petite tasse et 175 livres (210 euros) la grande assiette, la vaisselle Goviers n'est effectivement pas destinée à être utilisée comme simple ustensile de cuisine mais bien à être exposée aux côtés d'autres céramiques commémoratives.

"L'industrie britannique de la céramique a toujours été douée pour marquer ces évènements, qu'ils soient grands ou pas", estime Simon Willis.

Et d'ajouter: "Ce qui est génial avec la céramique, c'est que ce qui est produit aujourd'hui, si on en prend soin, sera toujours là quand mon fils sera mort. Car nous produisons quelque chose qui dure intrinsèquement pour toujours".

Retombées économiques

Les souvenirs dédiés à la famille royale ou à la reine, toujours ultra populaire à l'approche de ses 96 ans, ont été déclinés à l'infini et continuent de se vendre à chaque naissance, mariage ou célébration royale.

Selon le Centre britannique pour le commerce de détail, ces souvenirs ont généré près de 200 millions de livres (240 millions d'euros au taux actuel) de dépenses lors du précédent jubilé en 2012, où cinq millions de tasses et de poteries commémoratives avaient été vendues.

Cette année, quatre jours de festivités sont prévus début juin pour marquer le jubilé de platine, avec parade militaire, grand concert et des milliers de déjeuners populaires partout dans le pays. Malgré Brexit et pandémie, de nombreux touristes sont attendus.

Goviers ne pense vendre que quelques centaines de tasses et d'assiettes, mais espère que sa vaisselle restera dans les esprits.

"C'est toujours un peu spécial de faire quelque chose qui soit associé à un événement royal qui va être célébré partout dans le monde", explique Simon Willis, qui rêve que la monarque possède une de ses céramiques.

"Evidemment, la reine a une énorme collection", souligne-t-il. Mais "c'est quand même assez palpitant d'imaginer que peut-être certaines de nos productions iront dans les mains de sa Majesté".

C.L avec AFP