BFMTV

Spike Lee fait marche arrière et présente ses excuses pour avoir défendu Woody Allen

Spike Lee et son Oscar

Spike Lee et son Oscar - Frazer Harrison - Getty Images North America - AFP

Le cinéaste a présenté ses excuses après avoir pris la défense de son ami Woody Allen, accusé d'abus sexuels, lors d'une interview.

Spike Lee estime avoir eu tort de prendre la défense de Woody Allen. Vendredi, alors qu'il assurait la promotion de son nouveau film Da 5 Bloods sur une radio new-yorkaise, le cinéaste avait évoqué le fait que Woody Allen était passé de star d'Hollywood à véritable paria. 

"Je voudrais juste dire que Woody Allen est un réalisateur génial, vraiment génial", avait-il lancé, pointant du doigt la "cancel culture" dont son acolyte a fait les frais.

La "cancel culture", soit la "culture de l'annulation", est une notion venant des réseaux sociaux, et qui consiste à "annuler" une célébrité estimée problématique, et à la faire disparaître de la sphère médiatique.

"Et je pense que lorsque nous repenserons à ça plus tard, nous allons réaliser qu’à moins de tuer quelqu’un... Je ne sais pas si on peut effacer quelqu’un comme s’il n’avait jamais existé", a assuré Spike Lee. 

"Woody est mon ami, un véritable fan des Knicks, et je sais qu'il subit tout ça en ce moment", avait-il ajouté.

"Je m'excuse sincèrement"

Ces propos ont provoqué la colère chez de nombreux auditeurs et internautes. Depuis le début du mouvement #MeToo en octobre 2017, Woody Allen a été rattrapé par les accusations d'abus sexuels lancées en 1992 par sa fille adoptive, Dylan Farrow, alors âgée de 7 ans.

Un jour après avoir tenu ses propos, Spike Lee a fait machine arrière. Dans un tweet partagé samedi, le cinéaste a présenté ses excuses. 

"Je m'excuse profondément. Mes mots étaient MAUVAIS. Je ne tolère pas, et ne tolérerai jamais le harcèlement, les violences et les abus sexuels. Un tel traitement cause des dommages réels qui ne peuvent être minimisés", peut-on lire.

Nawal Bonnefoy