BFMTV

L’artiste JR installe une fresque monumentale en Seine-Saint-Denis

L'artiste JR en collaboration avec le réalisateur Ladj Ly ont installé en plein coeur de Montfermeil une immense fresque de 150 m2 représentant près de 800 habitants du quartier.

Sur 40 mètres de long s'affichent les visages de près de 750 inconnus. Avenue de Clichy à Montfermeil certains se reconnaîtront pourtant sur cette immense fresque que le street-artist JR termine d'installer ce mardi. Ce sont en effet les habitants de Montfermeil et Clichy-sous-Bois qui sont représentés. Fin 2016, JR et son acolyte le réalisateur Ladj Ly avaient fait poser les riverains pour réaliser cette fresque baptisée "Chronique de Clichy-Montfermeil".

"L'idée, c'est qu'on a installé un fond vert en plein milieu du quartier. Tous les gens qui passaient, on les interpellait, on leur expliquait le projet et les gens venaient d'eux-même", explique Ladj Ly. 

"Le portrait d'un village français"

Face à l'objectif, les habitants de Clichy-sous-Bois et Montfermeil étaient libres de faire ce qu'ils voulaient.

"C'est le portrait d'un village français. On est resté dans le même périmètre et on a photographié tout le monde, en leur demandant chacun ce qu'ils représentent dans ce quartier, dans leur vie et comment ils ont envie d'être représenté. C'est pas nous qui avons choisi, c'est chacun qui a décidé la manière dont il veut être représenté", résume JR. 

Au coeur de la ville, cette fresque de près de 150 mètres carrés raconte aussi l'évolution d'un quartier que les deux artistes connaissent bien. A partir de 2004, JR y avait en effet réalisé une série de portraits de jeunes. Des portraits d'abord affichés lors d'une exposition sauvage à Montfermeil puis à Clichy-sous-Bois. Sur un cliché, il avait notamment immortalisé Ladj Ly, tenant sa caméra comme une arme.

L'histoire du quartier racontée dans une fresque

Ladj Ly a de son côté réalisé avec son collectif Kourtrajmé le documentaire 365 jours à Clichy-Montfermeil, sur les émeutes dans les banlieues en 2005 et plus récemment le film Les Misérables sur les violences policières. Deux regards d'artistes sur le quartier, réunis pour cette nouvelle oeuvre.

"Il s'est passé quinze ans où on a continué à travailler avec les portraits des jeunes. On a vu les tours tomber, on a vu le quartier se métamorphoser, on a vu les émeutes aussi. Dans cette fresque quelque part, c'est cette histoire qu'on a voulu raconter en représentant tout le monde", explique JR. 

Après avoir été exposée au Palais de Tokyo, leur oeuvre rejoint désormais son lieu de création. Le souhait des deux artistes est maintenant que la fresque reste le plus longtemps possible intacte et qu'elle puisse profiter au plus grand nombre.

Carole Blanchard avec Séga Kanouté