BFMTV

Geneviève de Fontenay : "la finale Miss Prestige aura bien lieu"

Geneviève de Fontenay persiste à organiser l'élection concurrente à celle des Miss France, malgré l'interdiction du tribunal.

Geneviève de Fontenay persiste à organiser l'élection concurrente à celle des Miss France, malgré l'interdiction du tribunal. - -

L'élection Miss Prestige national 2013 aura bien lieu, a annoncé Geneviève de Fontenay. Un tribunal arbitral de Paris avait pourtant interdit l'organisation de cette élection.

"On me passera sur le corps s'il le faut, mais la prochaine élection Miss Prestige national aura lieu au Lido comme prévu !". La citation est de l'inoxydable Geneviève de Fontenay, interdite de Miss par une décision du tribunal.

Car après la cour d'appel de Paris jeudi, c'est le tribunal arbitral, saisi par les sociétés Endemol et Miss France, qui a fait interdiction à Geneviève de Fontenay, dans un jugement du 29 octobre, "d'organiser directement ou indirectement" l'élection Miss Prestige national 2013, le 10 décembre.

"Endemol s'acharne contre moi"

"Endemol s'acharne contre moi. Ça rime à quoi ? Ce n'est qu'une élection de Miss!, a fustigé Geneviève de Fontenay.

Ses avocats soulignent également que "dans sa décision, le tribunal arbitral a jugé utile de souligner dans sa sentence du 29 octobre 2012 que 'le comportement du groupe Endemol a contribué dans une certaine mesure à nourrir le climat de guerre des Miss'".

La semaine dernière, la cour d'appel de Paris avait déjà confirmé la condamnation de Geneviève de Fontenay pour avoir "violé sa clause de non-concurrence" en organisant une élection concurrente à l'élection de Miss France 2011.

Après cette première élection parallèle, Geneviève de Fontenay s'était mise en retrait et l'organisation de Miss Prestige national 2012 était passée entre les mains des "comités régionaux".

En juin 2010, Geneviève de Fontenay avait quitté la société Miss France avec pertes et fracas, estimant qu'Endemol allait à l'encontre de l'éthique du concours de beauté animé depuis l'après-guerre par son époux, Louis Poirot de Fontenay.