BFMTV

3.000 moutons envahissent les rues de Marseille

4.000 bêtes, dont 3.000 moutons, ont envahis les rues de Marseille dimanche 9 juin.

4.000 bêtes, dont 3.000 moutons, ont envahis les rues de Marseille dimanche 9 juin. - -

4.000 bêtes sont entrées dans Marseille pour la dernière étape d'une "TransHumance" imaginée par la troupe équestre du Théâtre du Centaure. Une invasion animale qui a ravi les quelques 300.000 spectateurs venus assister au spectacle.

"Ahurissant, splendide, ma-gni-fique, grandiose". Les spectateurs venus assister au défilé de 4.000 bêtes qui sont entrées dans Marseille étaient aux anges. Cette "TransHumance", imaginée par la troupe équestre du Théâtre du Centaure pour la capitale européenne de la culture, a rencontré un grand succès.

Sur le port soudain recouvert de bruits de sabots et de bêlements, trois cortèges d'animaux se sont rejoints, partis l'un de l'esplanade du MuCEM, le nouveau musée des civilisations euro-méditerranéennes, où 3.000 moutons attendaient sur de la paille le signal du départ, l'autre de la gare Saint-Charles où six juments sont arrivées en TER, et le dernier du rond-point du Prado dans les quartiers sud.

Au son des clochettes, les moutons ont lentement fait le tour, en rangs serrés, comme une vague de couleur beige remplissant la rue, suivis des gardians et de leurs chevaux camarguais, des "butteri", éleveurs à cheval venus d'Italie, et leurs vaches grises à grandes cornes, et de longs attelages de splendides chevaux de trait.

300.000 spectateurs aux anges

En tête du défilé, Camille, du Théâtre du Centaure, juchée, debout, sur trois étalons frisons noirs, visage impassible et toute de noir vêtue, incarnait une "centauresse", symbole de la réunion de l'homme et de l'animal.

"Regarde ça, c'est hallucinant!" disaient des spectateurs - 300.000 au total ont été recensés par la police sur les 13 km du parcours, qui s'est achevé sur la plage du Prado (mais sans les moutons, qui ne peuvent évoluer longtemps sur le goudron).

A l'origine de cette traversée sans précédent, le pari poétique de Camille et Manolo, le couple derrière ce théâtre pas comme les autres, bien décidé à "faire entrer l'animalité dans la ville".

Pour la compagnie, auteur depuis 1989 de créations entre cirque, théâtre et arts visuels, cette étape arrive après trois semaines de périple, 600 km à travers les Alpilles, la Camargue, la région de l'étang de Berre.

Voir la vidéo du théâtre sur la "TransHumance":