BFMTV

Why Women Kill, la nouvelle série du créateur de Desperate Housewives, démarre ce jeudi sur M6

Ginnifer Goodwin dans "Why Women Kill"

Ginnifer Goodwin dans "Why Women Kill" - Capture d'écran YouTube - CBS All Access

La sixième chaîne diffuse les premiers épisodes de cette nouvelle série ce jeudi soir. Une comédie noire, critique incisive de la condition féminine à travers trois décennies.

Trois femmes, à trois époques différentes, qui vont être poussées à bout par leurs époux respectifs: Marc Cherry, le créateur de Desperate Housewives, offre dans la série Why Women Kill une critique grinçante de la condition féminine aux États-Unis à découvrir dès ce jeudi soir sur M6.

Cette comédie noire, diffusée depuis l'été dernier aux États-Unis sur la plateforme CBS All Access, dresse les portraits savoureux de trois américaines qui vont commettre l'irréparable.

Il s'agit de Beth Ann, femme au foyer et épouse modèle dans les années 1960, jouée par Ginnifer Goodwin (Once upon a time, Big Love); Simone, symbole du culte de la réussite des années 1980, incarnée par Lucy Liu (Elementary, Ally McBeal…); et enfin Taylor, une avocate féministe qui vit à notre époque, et adepte du mariage non monogame, jouée par Kirby Howell-Baptiste (Killing Eve, The Good Place).

Critique incisive

Astuce scénaristique, ces épouses ont pour point commun, outre des maris qui les trahissent, de vivre successivement dans la même maison, qu'on voit se transformer d'une scène à l'autre, marquant le passage entre chaque époque.

Si son esprit peut rappeler celui de Desperate Housewives, qui mettait aussi en avant des femmes d'une banlieue américaine proprette au bord de la rébellion, Why Women Kill offre une critique de la société américaine plus incisive, les femmes trompées basculant dans l'horreur, derrière une bonne dose de comédie.

Amitiés et choix de vie

Son créateur, Marc Cherry, adore en tout cas donner le beau rôle à des femmes, souvent en leur écrivant des personnages snobés par la télévision. Une passion qui remonte à ses débuts de scénariste dans The golden girls (Les craquantes). Cette sitcom des années 1980 racontait le quotidien de quatre femmes d'âge mûr, trois divorcées et une célibataire, liées par l'amitié et partageant la même maison.

"J'aime bien écrire sur des personnages féminins qui ont un certain âge, et qui ont vécu des choses, non seulement pour raconter leurs histoires individuelles mais surtout les liens amicaux qui peuvent se nouer entre les femmes", a-t-il expliqué dans un entretien à l'AFP.

"C'est sans doute lié en grande partie à ma mère et à mes soeurs, j'ai été marqué par leur façon d'agir entre elles, les choix qu'elles ont fait et les vies qu'elles se sont forgées", dit-il.

Mais "je ne suis pas un pionnier", souligne-t-il, "je n'ai fait que revenir à l'essence des feuilletons des années 1950, dans lesquels des femmes au foyer se racontaient leurs problèmes autour d'une tasse de café et se livraient tout ce qu'elles avaient sur le coeur".

Une saison 2 en préparation

Why Women Kill a été développée à partir d'une idée de film se déroulant en 1963. Une époque que Marc Cherry (né un an plus tôt) rêvait depuis longtemps de faire revivre à l'écran, et qu'il s'est amusé à reconstituer comme dans ses souvenirs d'enfance.

"Je suis très attaché à cette époque, qui me rappelle mes parents et qui suscite une grande nostalgie. Les meubles qu'on a utilisés pour le tournage ressemblent beaucoup à ceux que mes parents possédaient, et les accessoiristes ont réussi à glisser dans le décor, en guise de clin d'oeil, un tableau de ma maison d'enfance", rapporte-t-il.

La série en 10 épisodes a d'ores et déjà été renouvelée par CBS pour une deuxième saison, dont la trame et le casting n'ont pas encore été dévoilés.

B.P., avec AFP