BFMTV

Sacha Baron Cohen prépare une série pour moquer - entre autres - Donald Trump

Sacha Baron Cohen à New York en septembre 2016

Sacha Baron Cohen à New York en septembre 2016 - Neilson Barnard - Getty Images North America - AFP

L'humoriste et trublion de la télévision britannique s'apprête à dévoiler une série surprise, baptisée Who is America?

Mais que peut-il bien préparer? Sacha Baron Cohen, humoriste et trublion britannique s'apprête à dévoiler "le programme le plus dangereux de l'histoire de la télévision", annoncent Canal+ et la chaîne de télévision américaine ShowTime. Baptisée Who is America? (Qui est l'Amérique?), la "surprise" de Sacha Baron Cohen doit sortir le 15 juillet aux Etats-Unis - le 16 en France.

Sur les réseaux sociaux, le projet fou de l'acteur est annoncé comme "un truc énorme". Dans un premier teaser, diffusé par ce dernier sur les réseaux sociaux, on croise le président américain, Donald Trump, dans une parodie de discours de célébration du 4 juillet, jour de l'indépendance des États-Unis.

La série devrait être bien loin de faire l'éloge du locataire de la Maison Blanche.

Le pouvoir en première ligne

Sacha Baron Cohen devrait lui-même incarner le héros de la série, un personnage "sans vergogne", "détraqué" et "insensible", explique le site américain spécialisé Vulture.

L'intrigue devrait donc rester dans le registre de l'humoriste, célèbre pour ses personnages caricaturaux à la Borat.

Le second teaser dévoilé sur les réseaux sociaux est tout aussi mystérieux. "Imaginez si Sacha Baron Cohen avait secrètement filmé un nouveau programme pendant un an", peut-on y lire. Enfin, on y découvre Dick Cheney, homme politique américain et ancien vice-président des États-Unis, sous George W. Bush.

À la demande de l'humoriste, qu'il n'a visiblement pas reconnu, il signe un "kit" utilisé pour le "waterboarding", la torture par l'eau, technique médiévale, utilisée par la Gestapo et dont la CIA s'est servie sur les auteurs présumés des attentats du 11 septembre 2001.

Une dédicace volontiers acceptée par Dick Cheney, qui signe le bidon de plastique, un large sourire aux lèvres en lançant "C'est la première fois que je signe un kit de waterboarding". À l'époque, cette méthode n'était pas considérée comme de la torture par l'administration Bush. Barack Obama l'interdira pourtant à son arrivée au pouvoir.

Dans le cadre de la promotion pour la série, des affiches annonçant l'arrivée de Who is America ont fleuri sur les murs du quartier new-yorkais de Brooklyn le week-end dernier. "Vous étiez prévenus", clament les publicités. De quoi attiser la curiosité...

Lucie Valais