BFMTV

R. Kelly: les deux compagnes du chanteur prennent sa défense et accusent leurs parents de mensonge

R. Kelly à New York en 2015

R. Kelly à New York en 2015 - AFP

Les deux compagnes du chanteur de R&B, accusé d'abus sexuels par plusieurs femmes dont certaines mineures au moment des faits supposés, ont pris sa défense à la télévision. Elles démentent, notamment, être des "esclaves sexuelles".

Deux jeunes femmes vivant avec R. Kelly ont défendu le chanteur accusé d'abus sexuels en assurant avoir avec lui une relation consentie, alors même que les parents de l'une d'elles affirment qu'elle est manipulée par la star depuis des années.

Dans une interview à la chaîne CBS, Azriel Clary, 21 ans, et Joycelyn Savage, 23 ans, ont déclaré être "absolument" amoureuses du chanteur de R&B. Elles ont balayé les allégations selon lesquelles il utiliserait les femmes vivant avec lui comme "esclaves sexuelles", et ont estimé que ses accusatrices étaient motivées par l'argent.

"Nous vivons avec lui, et nous avons une liaison avec lui," a affirmé Azriel Clary. "C'est une relation très forte", a ajouté Joycelyn Savage. Refusant d'entrer dans le détail de sa relation sexuelle avec le chanteur, Azriel Clary a souligné qu'il y avait "des gens dans le monde entier qui ont plusieurs petites amies", "ce n'est pas différent".

"Un menteur désespéré", selon les parents

Mais les parents de la jeune femme ont réagi en diffusant une déclaration contredisant ses propos, affirmant que leur fille "souffrait de manipulation et de violence psychologique infligées pendant des années par R. Kelly."

"R. Kelly est un menteur désespéré et un agresseur récidiviste de jeunes filles qui devrait mourir en prison", avaient-ils dit dans une précédente déclaration.

"Mes parents m'encourageaient"

Dans l'interview de CBS, Azriel Clary accuse ses parents de mensonges: "Quand j'ai rencontré Robert, mes parents m'ont dit de mentir sur mon âge", a-t-elle affirmé sur CBS. "Alors quand je l'ai rencontré il pensait que j'avais 18 ans. Quand j'avais 17 ans, mes parents m'encourageaient. Ils essayaient de me faire prendre des photos avec lui, des vidéos sexuelles avec lui (...) Ils disaient que si jamais ils essayaient de faire du chantage, ce qu'ils essayent de faire maintenant, ils pourront l'utiliser contre lui."

Des accusations que les parents des deux jeunes femmes réfutent, comme l'a précisé la journaliste Gayle King à l'issue de l'interview. Elle a également ajouté que R. Kelly ne devait pas être présent durant l'interview mais que lorsque les caméras ont démarré, il s'est placé dans un coin en toussant bruyamment, afin que ses compagnes soient conscientes de sa présence. 

R. Kelly clame son innocence

CBS a diffusé l'interview des deux femmes après avoir diffusé mercredi un entretien avec le chanteur lui-même, ses premiers commentaires publics depuis son inculpation à Chicago le mois dernier pour atteintes sexuelles sur quatre femmes, dont trois mineures.

Dans cet entretien, le chanteur a nié toutes les accusations. "Pas vrai. Que ce soit des vieilles rumeurs, des nouvelles rumeurs, des rumeurs futures, c'est pas vrai", a soutenu le chanteur de I Believe I can Fly, visiblement très énervé.

Des accusations depuis 20 ans

Après avoir passé trois jours en prison fin février, le chanteur avait réussi à rassembler les 100.000 dollars requis pour être libéré sous caution. Mais il a été réincarcéré mercredi pour défaut de paiement de pension alimentaire. Son ex-femme Andrea Kelly l'a aussi accusé dans le passé de violences conjugales.

Depuis plus de deux décennies, le chanteur fait l'objet d'accusations répétées de détournements de mineures. Les nouvelles accusations sont intervenues après la sortie fin janvier d'un documentaire, Surviving R. Kelly, dans lequel plusieurs femmes l'accusent d'avoir eu des relations avec des filles de moins de 16 ans et de s'être entouré d'esclaves sexuelles. 

Benjamin Pierret avec AFP