BFMTV

R. Kelly libéré sous caution après avoir plaidé non coupable d'abus sexuels

R. Kelly à New York en 2015 -

R. Kelly à New York en 2015 - - AFP

Le chanteur américain avait été placé en détention vendredi soir après s'être présenté à la police.

R. Kelly a été remis en liberté sous caution lundi après avoir plaidé non coupable des accusations d'abus sexuels sur quatre femmes, dont trois mineures, dont il fait l'objet. A sa sortie, après trois jours de détention, le chanteur américain s'est dirigée vers un véhicule noir sans dire un mot aux journalistes présents. 

L'artiste avait comparu dans la matinée devant un tribunal de Chicago, dans l'Etat de l'Illinois, aux côtés de son avocat qui s'est exprimé à sa place. Il avait les mains menottées dans le dos et portait une combinaison orange de détenu.

Des "abus sexuels, mentaux et physiques" 

La police du comté de Cook, région qui englobe Chicago, avait indiqué dans l'après-midi à l'AFP que l'artiste allait être remis en liberté après avoir payé les 100.000 dollars correspondant à 10% de sa caution, fixée à un million de dollars. La prochaine audience a été fixée au 22 mars. Robert Sylvester Kelly, âgé de 52 ans, avait été placé en détention vendredi soir après s'être présenté à la police.

La justice de Chicago a entamé des poursuites après la diffusion début janvier sur la chaîne Lifetime de la série documentaire en six parties Surviving R. Kelly. Cette dernière multiplie les témoignages sur "les abus sexuels, mentaux et physiques" qui auraient été perpétrés par le chanteur. 

R. Kelly avait été inculpé en 2002 pour possession d'images pédopornographiques - il s'était filmé ayant des relations sexuelles avec une adolescente de 14 ans - avant d'être acquitté en 2008.

Jérôme Lachasse avec AFP