BFMTV

Quand Tintin marchait sur la Lune pour soigner la dépression de Hergé

Tintin et Haddock sur la Lune

Tintin et Haddock sur la Lune - Casterman

Une quinzaine d’années avant Neil Armstrong, Tintin a marché sur la Lune. Retour sur l’histoire du diptyque Objectif Lune - On a marché sur la Lune, conçu par un Hergé en pleine dépression.

"Ça y est! J’ai fait quelques pas. Pour la première fois sans doute dans l’histoire de l’humanité, on a marché sur la Lune!": Neil Armstrong n’est pas le premier Terrien à avoir marché sur la Lune. Une quinzaine d’années avant lui, Tintin l’a devancé avec le Capitaine Haddock, Milou et les Dupondt. Le temps du diptyque Objectif Lune - On a marché sur la Lune, Hergé a anticipé le voyage lunaire d’Armstrong en envoyant son reporter dans l’espace. S’il se trompe sur certains aspects (il n’y a pas de montagnes sur l’astre), il prédit notamment la découverte de l’eau sur la Lune.

Considérés comme visionnaires pour cette raison, ces albums occupent aussi une place importante dans l’œuvre de Hergé. Conçus après la Seconde Guerre mondiale, à une époque de remise en question pour le dessinateur, les deux albums évoquent la conquête spatiale avec moins d’optimisme que ses contemporains. Souvent présentée par exemple comme synonyme de progrès dans les histoires de Picsou de Carl Barks, elle devient chez Hergé un moyen d’évoquer sa dépression. 

"Il a alors peur de basculer dans la folie comme sa mère"

“C’est un album que Hergé réalise en pleine dépression, qui a plusieurs lectures allégoriques possibles", confirme Benoît Mouchart, directeur éditorial de Casterman et spécialiste de l’œuvre de Hergé. Que ce soit L’Étoile mystérieuse ou Le Trésor de Rackham le Rouge, "beaucoup d’aventures de Tintin racontent un voyage qui ne sert à rien", explique-t-il. "C’est vraiment cette idée presque soufie que ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage." Et On a marché sur la Lune ne déroge pas à cette règle: Tintin et ses compagnons se rendent plein d’espoir sur l’astre mort et ils n’y découvrent que de la poussière et de la glace.

Tintin dans la lune par Hergé
Tintin dans la lune par Hergé © Casterman
"Hergé commence à réfléchir en 1946 à l’histoire de la Lune. Probablement qu’à cette époque de sa vie, Hergé mesure que plusieurs choses qu’il avait placées aussi haut que les étoiles sont tombées plus bas que terre: ses croyances se sont effondrées - il ne s’est pas posé les bonnes questions [pendant la guerre] -, sa mère a basculé dans la folie et a été internée… Et puis, alors qu’il a fait la cour pendant presque trois ans à celle qui est devenue son épouse, Germaine, il se rend compte qu’il l’avait posée sur un piédestal qui n’est peut-être pas aussi justifié qu’il l’aurait cru. Il a essayé de décrocher la lune, l’a fait et il a été déçu." 

Ces déceptions, ajoutées à son travail, dont il ne décroche jamais, l’épuisent. À bout de nerfs, Hergé fait une dépression existentielle et ce qu’on appelle aujourd’hui un burn-out, précise Benoît Mouchard: "Il a peur de basculer dans la folie comme sa mère, mais aussi de ne pas pouvoir tenir ses engagements auprès de son épouse et du Journal Tintin. C’est pendant cet épisode qu’il va arrêter de dessiner et disparaître dans la nature sans donner de nouvelles. C’est pendant cet épisode qu’il va devoir aussi écrire aux lecteurs du journal Tintin pour expliquer aux enfants qu’il a fait une dépression, qu’il ne peut pas travailler et qu’il doit se reposer."

La première histoire adulte de Tintin

Selon Benoît Mouchart, On a marché sur la Lune est peut-être, avant Tintin au Tibet et Les Bijoux de la Castafiore, la première histoire adulte de Tintin: "Elle est adulte dans le sens de la déception. Il y a ce qu’on projette quand on est enfant et adolescent, puis les réalisations qui ne sont pas forcément toujours décevantes mais qui peuvent l’être à l’âge adulte." Pour cette raison, Hergé n’encombre pas son récit d’une chasse aux trésors ou d’une civilisation extraterrestre. Au contraire, la portée symbolique de son récit est prise en charge par Frank Wolff, le traître qui se sacrifie pour se racheter et permettre ainsi à Tintin de retourner sur Terre. 

“Wolff se jette dans le vide: c’est la peur du néant. C’est terrible. Ces gouffres noirs et ces ténèbres dans lesquels Tintin est plongé ne sont pas qu’une imagerie spatiale, mais aussi les images intérieures de quelqu’un qui trouve le monde absurde. Quand Tintin regarde la Terre depuis la Lune, c’est une manière de se dire que ça ne tourne pas rond."

Même les gags les plus célèbres de l’album, comme lorsque Tryphon Tournesol sort de ses gonds, en disent long sur le trouble dont souffre Hergé. Tout comme les cheveux multicolores des Dupondt: "Les poils et les cheveux, chez Hergé, c’est vraiment le signe de l’inquiétude forte", commente Benoît Mouchart. Une forme d’optimisme se dégage toutefois de l’album: "Il y en a", insiste-t-il: "L’énergie atomique qui a produit Hiroshima produit là une manière de se dépasser." 

Quand Tintin inspire Elon Musk

Hergé, lui aussi, va se dépasser dans sa vie professionnelle: "Pour sortir de cette dépression, il va faire une chose très importante: organiser son travail. Il va créer une séparation entre ce qu’il est et ce qu’il fait. Il va créer [en 1950] les studios Hergé. Ce n’est pas seulement des gens qui l’aident. Ça, ça existe depuis presque ses débuts. Germaine, sa femme, a par exemple fait des encrages, elle a gommé des planches, elle a probablement participé à trouver des idées." Hergé ne va donc plus travailler chez lui, mais dans un bureau extérieur à son lieu de vie. Les scènes avec les dessinateurs industriels, dans Objectif Lune, sont d’ailleurs une référence à cette ambiance inédite de travail. Le dessinateur n’hésite pas ainsi à reproduire le mobilier du studio Hergé et à dessiner son ami Edgar P. Jacobs, le créateur de Blake et Mortimer

C’est avec le dessinateur Bob de Moor, qu’il engage dans son studio, que Hergé conçoit la fameuse fusée à carreaux rouges et blanches. "Le modèle, c’est le V2, mais il n’est pas rouge. Hergé a fait concevoir la maquette qui a été réalisée et approuvée par un scientifique, Alexandre Ananoff. Elle était complètement démontable et permettait à Bob de Moor de dessiner tous les détails en plongée, en contre-plongée et de n’oublier aucun bouton." L’image de cette fusée a garanti à l’album sa postérité, occultant parfois son message caché. L’image est si forte qu’elle a souvent été détournée. Tardi en fit le quatre-heures d’un robot en couverture de Métal Hurlant dans les années 1970. Mark Wahlberg y fait référence dans la comédie potache Ted en 2012. Et Elon Musk dit s’en être inspiré pour l’aérodynamisme de ses fusées. 

Jérôme Lachasse