BFMTV

Peplum : un rôle parfait pour Jonathan Lambert

-

- - M6

Dans cette nouvelle série imaginée par Thierry Ardisson, Jonathan Lambert prend plaisir à jouer un odieux personnage.

Thierry Ardisson est à l’origine de cette nouvelle série humoristique nous invitant à revivre le déclin de l’empire romain en trois épisodes de 90 minutes. Maximus (Jonathan Lambert) est un empereur incompétent, excentrique et imprévisible. Son premier conseiller, Bravus (Pascal Demolon) ancien esclave affranchi, fait alors tout son possible pour éviter le chaos : « Je dois faire comprendre à mon patron qu’il n’a pas vraiment le calibre pour mettre l’armure de Jules César. »

Des guest stars de luxe et un décor digne du cinéma

Contrairement à Kaamelott d’Alexandre Astier, de nombreux guest stars sont au rendez-vous dans cette nouvelle série : Franck Dubosc, Michèle Laroque, Gérard Hernandez, Bruno Solo, Manu Payet, Kad Merad… « Rien que pour être avec eux, j’avais envie d’entrer dans l’arène, précise Jonathan Lambert. Très franchement, je ne m’attendais pas à de tels éclats de rire, à ces moments de complicité. J’avais beau être empereur, je n’en menais pas toujours large sur mon trône pendant les tournages. Mais quel pied ! » Les producteurs (Noon, société qui produit Scènes de ménages, et Ardimages, la société de Thierry Ardisson) ont également tenu à apporter un grand soin au décor pour pimenter l’action.

Un Maximus royal incarné par Jonathan Lambert

Déjà bien connu pour ses apparitions très remarquées chez Laurent Ruquier sur France 2 le samedi soir, Jonathan Lambert nous avoue que ce rôle de Maximus lui va à ravir : « J’adore ce genre de personnage pas très fréquentable, à la limite d’être une ordure, mais qui ont une faille qui les rend sympathique. J’adore être une ordure ! Soyons clair : Maximus n’a pas les épaules pour son poste, il est arrogant, prétentieux, débile… mais il est tellement touchant que sa toge me va très bien. ». Bravus, son conseiller, est alors bien occupé à limiter ses gaffes et est alors déchiré entre sa vie de famille tumultueuse et sa vie professionnelle. Pascal Demolon, son interprète, résume : « Bravus, c’est un peu “Le bon sens près de chez vous” « Bravus, c’est un peu “Le bon sens près de chez vous”. Mais comment sauver un empire quand on n’arrive même pas à résoudre ses problèmes de famille ? Dans les deux cas, a-t-il l’étoffe ? Mais il y travaille : sa toge, il la mouille. ».

Alice Bouvet pour BFMTV