BFMTV

Nicolas Bedos condamné à trois mois avec sursis pour insulte à policiers

Nicolas Bedos, ici à Paris le 10 décembre 2010, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 800 euros d'amende.

Nicolas Bedos, ici à Paris le 10 décembre 2010, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 800 euros d'amende. - -

Ivre, l'humoriste avait insulté et menacé de mort des agents, après avoir chuté de son scooter. Nicolas Bedos avait déjà été condamné en 2010 pour conduite en état d'ébriété.

Conduite d'un scooter en état d'ivresse, outrage et menaces de mort envers des policiers: l'humoriste Nicolas Bedos a été condamné vendredi à trois mois de prison avec sursis et 800 euros d'amende.

Le tribunal correctionnel de Paris a suivi les réquisitions du parquet et a retenu l'état de récidive légale, l'humoriste ayant déjà été condamné en janvier 2010 pour conduite en état d'ébriété.

Nicolas Bedos n'était pas présent à l'audience. Il "sait donner des leçons de courage (...) aux policiers quand il passe à la télé mais quand il s'agit de venir s'expliquer devant eux, il n'en a plus beaucoup", a taclé l'avocat des deux gardiens de la paix, Me Jérôme Andrei. Une référence à une ancienne chronique au vitriol de l'humoriste sur la police, qui lui avait déjà valu une condamnation pour injure publique en juillet 2012.

"Je te retrouverai et je te tuerai"

Dans la nuit du 24 septembre 2013, dans le centre de Paris, deux policiers avaient aperçu un homme circulant avec difficultés sur un deux-roues, zigzaguant et faisant des embardées avant de chuter.

Lorsqu'ils étaient arrivés à la hauteur de Nicolas Bedos, le ton était rapidement monté. Selon les deux policiers, l'humoriste, ivre, les avait pris a partie, parlant de leur "boulot de merde" notamment. A l'un d'eux, il aurait dit: "Je te retrouverai et je te tuerai".

La représentante du parquet a fustigé un "comportement inadmissible" et des "propos détestables", déplorant qu'il ne soit venu au tribunal "présenter des excuses".

Bedos dit ne pas se souvenir de ses propos

Entendu par la police lorsqu'il avait recouvré ses esprits, Nicolas Bedos avait dit ne pas se souvenir avec précision des propos tenus, mais il avait nié toute forme de menace. Et selon lui, l'un des deux policiers l'avait abordé en lui lançant: "Vous faites moins le fier qu'à la télé". Ce que le fonctionnaire de police a nié.

Nicolas Bedos a en outre été condamné à verser au total 750 euros de dommages et intérêts aux fonctionnaires et 300 euros pour les frais de justice.

Son avocat, Me Vincent Toledano, a déploré que, dans ce dossier, son client soit "doublement coupable: du comportement habituel d'un ivrogne", mais aussi de sa notoriété. Il a renouvelé les excuses de l'humoriste aux policiers.

C.P. avec AFP