BFMTV

Veillée de prières pour le rappeur DMX, hospitalisé après une crise cardiaque

DMX, le 5 décembre 2015

DMX, le 5 décembre 2015 - Frazer Harrison - Getty - AFP

L'artiste de 50 ans a été hospitalisé vendredi soir dernier à White Plains dans la banlieue de New York, à la suite d'une crise cardiaque.

Des centaines de fans se sont réunis lundi pour une veillée de prières au nord de New York devant l'hôpital où se trouve le rappeur DMX dans un état critique.

L'artiste, né Earl Simmons, a été hospitalisé vendredi soir à White Plains dans la banlieue de New York à la suite d'une crise cardiaque. L'agent en relations publiques Angelo Ellerbee a précisé que DMX, âgé de 50 ans, se trouvait toujours sous respirateur artificiel.

Sa fiancée et son ex-épouse étaient en larmes pendant la lecture d'une prière pour le rappeur, dont les fans scandaient "DMX" en levant le poing vers le ciel en l'honneur de leur star. Une procession de motos a ensuite parcouru la rue devant l'établissement au son de hits de DMX parmi lesquels Ruff Ryders' Anthem.

"On ne peut pas rêver meilleur artiste", s'est exclamé un ami de la famille, AB Butler, confiant avoir "le coeur brisé". "Il a parcouru un long chemin dans sa vie, une vie dure, et il est très important de venir simplement voir où il est aujourd'hui", dit une fan, Beverly Bailey.

Figure sombre du hip-hop

Le rappeur a connu son heure de gloire à la fin des années 1990 et début des années 2000, avec des tubes comme X Gon' Give It To Ya ou Party Up.

Auteur de huit albums, le dernier en 2015, DMX fait partie des figures les plus sombres du hip-hop, exposant ses démons intérieurs dans des morceaux qui lui ont valu un succès aussi bien commercial qu'auprès de la critique.

Connu pour avoir eu des problèmes de drogue, il avait notamment fait une cure de désintoxication en 2019, selon le site spécialisé TMZ. Il a eu, tout au long de sa carrière, souvent maille à partir avec la justice, avec des inculpations pour possession de stupéfiants, cruauté envers les animaux, conduite dangereuse, non-paiement de pension alimentaire, ou encore s'être fait passer pour un agent fédéral.

N.B. avec AFP