BFMTV

Qui est Juliette Armanet, la chanteuse qui va se produire devant Barack Obama?

La chanteuse Juliette Armanet dans l'émission "Quotidien".

La chanteuse Juliette Armanet dans l'émission "Quotidien". - Capture d'écran - TMC

Elle a débarqué avec sa petite voix flûtée, son piano et ses paroles ciselées. Depuis la sortie de son premier album, le 7 avril dernier, Juliette Armanet a fait son chemin. Elle a été choisie pour chanter devant Barack Obama, de passage à Paris, ce 2 décembre. Portrait.

Un piano, une voix flûtée et longue frange brune. C'est ainsi armée que Juliette Armanet doit se produire à la Maison de la radio devant l'ex-président des Etats-Unis, Barack Obama, de passage à Paris ce samedi 2 décembre.

Avec ses accents de Véronique Sanson et son piano qui ne la quitte jamais, Juliette Armanet est arrivée sur la pointe des pieds dans le monde de la chanson. Après un premier EP de quatre titres, Cavalier Seule, en avril 2016, elle a sorti le 7 avril son premier album, Petite Amie, accueilli très favorablement par la critique.

C'est "l'un des disques les plus réjouissants" du printemps pour RTL, "un des plus beaux qu'il vous sera donné d'écouter, côté français, cette année" pour les Inrocks. Elle est "la nouvelle sensation de la variété française" pour France Inter.

Révélation musicale féminine de cette années, elle est la coqueluche de la télévision, promène désormais sa frange et son piano sur le plateaux des émissions de début de soirée. On l'a ainsi vue en live dans C à vous et dans Quotidien.

"Je te sens venir"

Pour comprendre le phénomène Juliette Armanet, livrez-vous à une petite expérience: saisissez I feel it coming dans un moteur de recherche et observez. Vous allez forcément tomber sur le clip de The Weeknd chantant avec les Daft Punk. Et puis tout de suite après, il y a Juliette Armanet.

Son adaptation "un peu olé olé" du tube du chanteur canadien, interprétée notamment dans l'émission Boomerang sur France Inter est tellement réjouissante, à la fois drôle et poétique, qu'elle s'est répandue à grande vitesse sur les réseaux sociaux.

"Journaliste et chanteuse"

Petite, elle voulait être "journaliste et chanteuse". Comme ces fillettes qui se rêvent "chirurgienne et danseuse". Sauf que Juliette Armanet a fait les deux pour de vrai. Avant de chanter à plein temps, cette fille de libraires grandit à Lille, a été journaliste pendant 6-7 ans, et travaillé sur des documentaires pour Arte notamment.

Véronique Sanson, William Sheller, Alain Souchon, Alain Bashung figurent dans son panthéon. Et lorsqu'elle chante, on pense à Sanson bien sûr, mais aussi à Mylène Farmer, parfois (sur Cavalier Seule, par exemple).

"Bière", "tricot", "mégot"

L'amour est son thème de prédilection, mais Juliette Armanet parvient à en éviter les écueils. "C'est un thème assez universel", reconnaît-elle au micro d'Augustin Trappenard sur France Inter. "Et puis comme c'est un peu marronnier je trouve ça intéressant d'essayer d'apporter quelque chose, des expressions un peu inédites, des associations de mots qui ne sont pas déjà vues". Dans L'amour en solitaire, elle case ainsi les mots "bière", "tricot" et "mégot" dans le refrain, et réinvente la chanson d'amour triste.

Et si la mélancolie et la nostalgie squattent son répertoire, elle se révèle drôle et décalée en concert. Comme le note Télérama qui la trouve "joyeuse sur scène, un brin provocatrice et bavarde". Et puis elle peut aussi plaquer ses mains sur le piano de Julien Doré pour chanter en duo l'improbable Panda roux/Panda gris.

"Il y a forcément une part de doute, de stress, livrait-elle à BFMTV, en marge de 'Massy', festival des premières fois. Et en même temps, j'ai envie de garder la même liberté et la même maladresse que si j'étais inconnue au bataillon parce que c'est ça la beauté d'un concert, c'est de rester fragile".

Magali Rangin