BFMTV

Printemps de Bourges 2017: une nouvelle édition éclectique prêt à rafler tous les suffrages

Vianney, Jain et Placebo, parmi les têtes d'affiche de la 41ème édition du Printemps de Bourges, du 18 au 23 avril 2017.

Vianney, Jain et Placebo, parmi les têtes d'affiche de la 41ème édition du Printemps de Bourges, du 18 au 23 avril 2017. - AFP

Le 41ème édition du célèbre festival berruyer démarre ce mardi 18 avril. Sont attendues une foule d'artiste, de Renaud à Placebo en passant par Jain ou Vianney, mais également quelques candidats à l'élection présidentielle...

Renaud, Camille, une certaine Barbara et le meilleur de la scène émergente: le Printemps de Bourges s'annonce éclectique pour sa 41e édition et pourrait avoir une résonance politique à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle. Outre la ministre de la Culture Audrey Azoulay, le célèbre festival berruyer pourrait recevoir entre mardi soir et dimanche, jour de la clôture, la visite de certains candidats. Un tel calendrier pourrait aussi conduire quelques artistes à s'exprimer.

Cinq jours durant, se succéderont des personnalités engagées comme Magyd Cherfi, Rachid Taha, Cyril Mokaiesh, Kery James ou encore le rappeur Soprano, qui clôturera le festival, à une poignée d'heures du résultat du premier tour. Renaud a déjà annoncé qu'il voterait pour Emmanuel Macron. Un choix qui avait d'ailleurs déçu nombre de ses fans sur les réseaux sociaux.

Le chanteur au bandana rouge âgé de 64 ans, qui connaît ce Printemps par coeur pour s'y être déjà produit à sept reprises (la première fois en 1978), sera tout de même très attendu mardi soir, après que Tim Dup, de 43 ans son cadet, aura eu la tâche d'ouvrir les festivités sur la grande scène du W.

Dylan par la Comédie-Française, le retour de Camille

Au même moment, une grande première aura lieu à l'Auditorium, avec la venue de la Comédie-Française, qui ne s'est jamais encore invitée dans un festival de musiques actuelles. La troupe y présentera Comme une pierre qui..., une pièce sur l'enregistrement de la célèbre chanson de Bob Dylan Like a Rolling Stone

"Le Printemps voulait s'ouvrir à d'autres arts comme le théâtre ou la littérature", affirme son directeur, Boris Vedel, évoquant les lectures musicales avec Delphine de Vigan & La grande Sophie, Virginie Despentes & le groupe Zëro ou encore Gaël Faye. Parmi les autres nouveautés au programme: le retour des spectacles jeunesse avec du cirque, une scène de musique métal et désormais deux soirées hip hop.

Le retour de la chanteuse Camille, après quatre ans d'absence scénique, sera également un temps fort de cette édition. Elle viendra présenter mercredi son nouvel album Ouï, à paraître début juin. Un disque poétique "qu'elle avait d'abord imaginé très politique", selon sa maison de disques, Because.

Fréquentation historique pour un festival sous haute sécurité

Jeudi, Barbara, dont on célèbre les vingt ans de la disparition, sera à l'honneur. Sous la direction du pianiste Alexandre Tharaud, ce seront des hommes qui la chanteront: Dominique A, Vincent Delerm, Tim Dup, Albin de la Simone, Vincent Dedienne, O dit Olivier Marguerit (du groupe Syd Matters), Pierre Guénard (du groupe Radio Elvis).

Enfin, non content de s'appuyer sur des valeurs sûres comme le groupe de rock britannique Placebo ou des chouchous du moment tels Jain et Vianney, le Printemps restera fidèle à son ADN qui consiste à mettre en avant les futures stars de demain. Comme chaque année, la scène des Inouïs permettra à une trentaine de jeunes artistes de se révéler et deux lauréats seront désignés. Qui succédera à la sensation Fishbach?

Comme l'an passé, le festival se déroulera sous haute sécurité avec le déploiement d'une trentaine de militaires de l'opération sentinelle. Après les attentats du Bataclan (novembre 2015) et à Nice (14 juillet 2016), "le danger est partout et reste présent", constate Boris Vedel. Malgré ce contexte, le patron du festival s'attend à une édition très réussie en terme de fréquentation. "On est sur des taux historiques, on devrait dépasser le record établi l'an passé, beaucoup de spectacles sont déjà complets."

Fabien Morin avec AFP