BFMTV

Michel Delpech: pluie d'hommages pour le chanteur qui touchait le coeur des Français

REACTIONS - La mort du chanteur Michel Delpech, qui s'est éteint à l'hôpital de Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, des suites d'un cancer de la gorge samedi à 69 ans, a provoqué des réactions très émouvantes du monde du showbizz.

De Chez Laurette à Quand j'étais chanteur, Michel Delpech, mort samedi à 69 ans, a su capter le parfum des années 60/70 avec des refrains nostalgiques devenus des tubes qui font aujourd'hui partie du patrimoine populaire.

"La fin d'une souffrance aussi intolérable ne me rend pas triste", a réagi Michel Polnareff sur Facebook. "Quelle volonté chez ce poète d'une extrême gentillesse qui a prolongé les prévisions sinistres et déplacées qui ont accompagné ses derniers moments quand ils ne l'étaient pas. Bravo Michel, tu es un grand exemple de courage".

"Il était très perfectionniste"

Ceux qui évoquent le mieux Michel Delpech, ce sont bien sûr ceux qui ont travaillé avec lui comme Michel Pelay qui va écrire le tube Le Loir et Cher en 1977.

"Vous imaginez, on a fait plus de quarante chansons ensemble", raconte-t-il sur BFMTV. "Il était très perfectionniste et c'était toujours très difficile, au moment où l'on commençait les voix. Quand on enregistrait, il doutait jusqu'à la dernière seconde. A chaque fois qu'on enregistrait une chanson, on n'était jamais sûr qu'à l'arrivée, elle figure sur l'album".

"Des textes extrêmement en avance"

Dès 1973, Michel Delpech écrit sur le divorce qu’il vit avec sa première compagne. Une chanson qui va marquer l’époque.

"Sa carrière est liée pour moi, surtout à Jean-Michel Rivat", explique Francis Basset, co-auteur de l'album Sexa, sorti en 2009. "C’est-à-dire que tous les deux, ils ont fait des textes qui étaient extrêmement en avance, à caractère social, sociétal même. Ils ont préfiguré Souchon. Ce style, où l'on pouvait mettre des mots quotidiens dans une chanson. Parce qu'il n'y a pas si longtemps, il fallait mettre dans une chanson les mots lune, soleil, amour, toi, moi, etc."

La "génération Beatles"

Une nouvelle écriture et des références à son époque. Au début des années 70, Michel Delpech interprète le tube Paul chantait Yesterday, un hommage au plus grand groupe de tous les temps.

"Pour moi, Michel Delpech, c'est surtout la génération Beatles", estime le musicologue François Jouffa. "Notamment avec toutes ces chansons avec des refrains, des airs, des mélodies très empruntées… Toute notre génération était tellement marquée par les chansons de John Lennon et Paul McCartney". 

"C'était un garçon tellement gentil"

"On perd quelqu'un de bon", a déclaré pour sa part Line Renaud sur RTL. "C'est injuste, il est parti si tôt," s'est émue l'artiste de 87 ans avant de rendre à son tour hommage au chanteur.

"Le monde de la chanson est vraiment en deuil, il a eu beaucoup de problèmes, des traversées du désert importantes. Je pense que ça a contribué à ce départ trop tôt." (...) "En dehors de son talent d'artiste et d'interprète, c'était un garçon tellement gentil."

"On n'est pas tous les jours en haut des charts"

A la fin des années 80, Michel Delpech s’éloigne des studios et des planches marquée par la dépression. Il fera un vrai retour au début des années 2000.

"Quand on fait cinquante ans de carrière, et bien on n'est pas tous les jours en haut des charts, en haut des tops", souligne Pascal Nègre, le PDG d'Universal France. "Et on peut être aussi en bas, et avoir des gens qui vous accompagnent pour que vous puissiez revenir. Et c'est ce qu'il s'est passé dans sa carrière".

"Je lui dédierai une chanson"

Interrogé par Europe 1, le chanteur Hugues Aufray a évoqué la carrière d'un chanteur qui "apportait une touche très particulière, très française, avec ses chansons comme Le divorcé, Pour un flirt, Chez Laurette."

"Ce sont des chansons qui ont touché le cœur des Français. C’est une grande perte, a poursuivi l'artiste de 86 ans. Je penserais à lui la prochaine fois que je serais sur scène. Je lui dédierais une chanson."

Et son choix est tout trouvé pour rendre hommage à Michel Delpech: "Je vais prendre une des premières : Laurette ! C’est un peu dans la veine de ce qu’écrivait Guy Béart. C’est une jolie chanson française, pleine de mélancolie et de douceur."

"Il s'est éteint comme un artiste, debout"

A ses côtés jusqu'à ses dernières heures, l'animateur de télévision Michel Drucker a témoigné au Parisien.fr pour saluer la mémoire et le courage de son ami qui se battait depuis plusieurs années contre la maladie.

"Je suis resté avec lui longtemps, ça restera un souvenir bouleversant, il faisait preuve d'un courage inimaginable parce qu'il sait ce qu'il a depuis longtemps et il s'est battu, il a voulu vivre jusqu'au bout. Il voulait qu'on parle de lui, il ne voulait pas qu'on l'oublie (...) Il aurait souhaité qu'on dise de lui qu'il s'est bagarré jusqu'au bout. Il s'est éteint comme un artiste, debout."

"Marianne pleure un de ses meilleurs chanteurs"

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin a, de son côté, fait part de sa "grande tristesse" ce dimanche sur BFMTV. "Pour moi c’était un artiste qui faisait partie de l’environnement familier, qui était un grand artiste de culture populaire, dont les chansons, lorsqu’elles passaient à la radio, invitaient à chanter avec lui", a-t-elle salué. Et d'ajouter: "C’est vraiment quelqu’un qui restera très présent dans les cœurs et les têtes de tous les Français, de toutes les générations".

Quelques heures après l'annonce de la disparition du chanteur, le président de la République, François Hollande, a également tenu a rendre hommage à Michel Delpech: "Il avait traduit mieux que personne les années 70, il est mort sans avoir vieilli. Ses chansons nous touchaient car elles parlaient de nous. De nos émotions comme de nos épreuves. Il n'a jamais été démodé. De Chez Laurette au Loir-et-Cher il nous avait dit que Marianne était jolie. Elle pleure en ce début d'année un de ses meilleurs chanteurs".

F.M., C. P. avec Vincent Giraldo