BFMTV

Linkin Park assure ne jamais pouvoir remplacer son chanteur

Le groupe Linkin Park sur scène en juin 2014 en Californie.

Le groupe Linkin Park sur scène en juin 2014 en Californie. - Kevin Winter - Getty Images North America - AFP

Le groupe américain a publié son premier communiqué depuis la mort de son leader, Chester Bennington, admettant à demi-mots que le futur de Linkin Park est désormais plus qu'incertain.

Le groupe Linkin Park a affirmé lundi qu'il ne pourrait jamais remplacer son chanteur Chester Bennington, qui s'est suicidé la semaine dernière. Après trois jours de silence depuis que l'artiste de 41 ans s'est pendu, le groupe a salué "le flot d'amour et de soutien" qu'il a reçu et a reconnu que son avenir était incertain.

"Ton absence laisse un vide qui ne pourra jamais être comblé - une voix vivace, drôle, ambitieuse, créative, gentille et généreuse est absente", a écrit le groupe californien, dont Chester Bennington était l'un des paroliers.

"Nous essayons de nous dire que les démons qui t'ont arraché à nous ont toujours fait partie du contrat. Après tout, c'est la façon dont tu chantais au sujet de ces démons qui a fait que tout le monde est tombé amoureux de toi", poursuit le communiqué.

Et de conclure: "Courageusement, tu les as portés en sautoir et, ce faisant, tu nous a rassemblés et tu nous as montré comment être plus humain. Tu avais le plus gros des coeurs et tu n'hésitais pas à afficher tes sentiments".

Une tournée qui devait démarrer cette semaine

Le groupe Linkin Park s'est révélé au public en 2000 avec son premier album intitulé Hybrid Theory, vendu à plus de dix millions d'exemplaires.

Le mélange de hip-hop et de métal, avec un sens mélodique omniprésent, proposé par cet ensemble californien est resté très populaire et le dernier opus du groupe, One More Light, sorti le 19 mai, s'est hissé en tête des ventes quelques jours plus tard. Linkin Park devait démarrer cette semaine une tournée de promotion de cet album.

Bennington avait révélé avoir été agressé sexuellement par un ami plus âgé alors qu'il n'avait que sept ans. Il avait également expliqué avoir sombré adolescent dans la drogue et avait aussi connu de graves problèmes d'alcoolisme.

Nawal Bonnefoy avec AFP