BFMTV

Kaaris, le rappeur dont le nom fait référence au serpent du Livre de la jungle

Kaaris, Booba et douze de leurs proches, auditionnés pour violences volontaires après une bagarre à Orly, ont passé la nuit en garde à vue.

Impossible de manquer les images, mercredi 1er aout, des rappeurs Booba et Kaaris et de onze de leurs proches en train de se battre en plein aéroport d'Orly. Les 14 personnes, auditionnées pour violences volontaires dans les locaux de la Police aux frontières (PAF), ont passé la nuit en garde à vue

Sur des vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux par des passagers, on voit des hommes échanger des coups de poing et de pied entre les rayons d'une boutique de duty free et dans les couloirs de l'aéroport, très fréquenté en cette période estivale.

Selon l'entourage de Kaaris, ce dernier aurait été insulté par Booba alors qu'il attendait son vol pour Barcelone, où il devait donner un concert. 

"Kaaris et ses amis étaient là dans un objectif de travail", a expliqué Me Arash Derambarsh à BFMTV. "Lorsque Kaaris s’est levé, des proches de Booba sont alors ce sont alors rués vers lui pour le frapper. C’est clairement une agression contre mon client."

Son nom, une référence au Livre de la Jungle

Les relations entre les deux rappeurs n'ont pas toujours été aussi violentes. Leur histoire commence aux débuts des années 2010 lorsque Booba propose à Kaaris de collaborer sur le single Kalash. Celui-ci y délivre une punchline alors très remarquée: "Elle est dans la chambre, elle est sous les draps, j'ai des jambes à la place des bras / Elle pense que j'suis en train d'la doigter, j'lui mets mon gros doigt d'pied".

Avec cette punchline, Kaaris, Okou Armand Gnakour de son vrai nom, s'est imposé: "Ce morceau a traumatisé les gens. Il a traumatisé le rap français. Il a traumatisé la street. Il a traumatisé tout le monde", confiait-il aux Inrocks en 2014.

Avant devenir Kaaris, il a commencé à la fin des années 1990 sous le nom de Fresh. Parti en Côte d'Ivoire, où il a vu la guerre de près (et a brièvement intégré le 43ème bataillon d'infanterie de marine pour être rapatrié en France), il a changé de nom en 2006 et a sorti en 2007 la mixtape 43e BIMa. C'est en se rendant à la Sacem que lui est venu son désormais célèbre pseudonyme: "Pour la petite histoire, le double A est une référence à Kaa, le serpent dans Le Livre de la jungle."

"Sarkozy, un genre de Scarface"

Après Kalash, il enchaîne avec son premier clip, Zoo, où il apparaît dès les premiers plans dans les rues de Sevran, sa ville natale, armé d'une kalachnikov. Son premier album, Or noir, débarque en 2013 et devient rapidement disque d'or. 

Son succès se confirme avec Le Bruit de mon âme (2015), Okou Gnakouri (2016) et Dozo (2017). Il commence aussi à jouer au cinéma, dans Fastlife (2014) de Thomas N'Gijol et Braqueurs (2016) de Julien Leclerq. On le retrouvera le 22 août dans Lukas avec JCVD.

Dans une interview accordée à Clique en 2014, il rend éloge à Nicolas Sarkozy: "Il est très très intelligent, très malin, très fort, très fin. C'est le boss, moi je le dis. Tous les gangsters aimeraient faire comme lui. C'est le meilleur! Il est petit, [avec des] talonnettes, un genre de Scarface. Et elle, elle est plus grande que lui. Non, c'est le mec le plus frais qui existe. Il est très fort."

"Ces histoires de clashs sont loin de moi"

Au cours de la même interview, le rappeur s'explique sur le clash opposant Booba, La Fouine et Rohff. Kaaris, qui avait refusé de s'engager pour un camp et d'affirmer son soutien à celui qui lui avait donné son premier succès, s'en explique: "Booba n'a pas besoin de moi pour régler ses problèmes."

Qu'à cela ne tienne, le Duc de Boulogne lui reproche de ne pas l'avoir soutenu et se brouille avec son poulain. Dans une interview récente aux Inrocks, Booba a confirmé que "c'est terminé" entre eux: 

"Je peux pas oublier les insultes et les trahisons. Il a du talent et un potentiel mais ça reste un produit brut qui a cru à tort qu’il pouvait me détrôner. Il s’est mis dans ce clash tout seul."

Clashé aussi avec La Fouine ("C'est pas mon pote. Je suis pas son pote. Il reste à sa place, je reste à la mienne"), Kaaris est "isolé", de son propre aveu, mais le vit bien, a-t-il affirmé dans les Inrocks en octobre 2017.

"J’adore le partage et les featurings dans la musique mais j’apprends à vivre sans. Je sais que je suis capable de faire 30 titres tout seul et que les 30 titres tiendront la route", avait-il déclaré, avant d'ajouter: "Aujourd’hui ces histoires de clashs sont loin de moi et n’ont plus lieu d’être". 
Jérôme Lachasse