BFMTV

Jean-Jacques Goldman s'explique sur "Toute la vie", l'hymne polémique des "Enfoirés"

Jean-Jacques Goldman lors d'un concert des "Enfoirés" en janvier 2014.

Jean-Jacques Goldman lors d'un concert des "Enfoirés" en janvier 2014. - Patrick Hertzog - AFP

Alors que les invectives s'accumulent contre une chanson jugée "réac'", les "Enfoirés" gardent le silence. Après de longues heures de silence de la part des artistes, Jean-Jacques Goldman a finalement défendu la chanson qu'il a écrite.

Silence radio. Tel a été le mot d'ordre des "Enfoirés" pendant toute la journée de jeudi. Il faut dire que la dernière fois qu'ils avaient ouvert la bouche, c'était pour chanter "Toute la vie"... Pas franchement un succès! 

Jean-Jacques Goldman, auteur des paroles polémique a finalement réagi ce vendredi auprès de RTL, défendant tant bien que mal sa chanson.

L'auteur plaide une mauvaise interprétation

"Le fait que la jeunesse nous demande des comptes me semble la moindre des choses", explique le chanteur. "Le fait que la chanson se termine en faisant confiance à l'avenir aussi".

Contacté par un journaliste de la radio, le chanteur chouchou des Français a expliqué par mail que "c'est une chanson dans laquelle des adolescents reprochent aux générations qui les ont précédé l'état du monde qu'ils leur laissent".

Plus loin il complète: "les Enfoirés jouent le rôle des adultes qui leur répondent comme trop souvent: en se dédouanant et avec mauvaise foi, mais en espérant qu'ils feront mieux".

La réponse de Jean-Jacques Goldman à la polémique autour de la chanson «Toute la vie» des Enfoirés > pic.twitter.com/5hSkt5BNSG
— Anthony Martin (@AnthoMa) 27 Février 2015

Un face à face pas très rassembleur

"Toute la vie", la nouvelle chanson des Enfoirés montre deux générations s'opposer autour de thèmes sociaux. Et elle a été très mal reçue par le public cette semaine. Le tube annuel habituellement très rassembleur des stars françaises n'a pas du tout su séduire les internautes qui dénoncent un hymne anti-jeunes.

Le clip montre un groupe de jeunes faisant face aux "Enfoirés" et qui leur lance "vous aviez tout: liberté, plein-emploi. Nous c'est chômage, violence et sida". Les chanteurs des Restos du Coeur leur répondent en choeur "tout ce qu'on a, il a fallu le gagner, à vous de jouer, mais faudrait vous bouger".

Le responsable Twitter des "Enfoirés" bien seul face aux critiques

Les autres chanteurs des Enfoirés aperçus dans le clip font profil bas. Contactés directement ou via leur entourage proche par BFM, M. Pokora, Pierre Palmade, Patrick Fiori, Emmanuel Moire, Christophe Willem, Michael Youn, Pascal Obispo et Bénabar ne souhaitent pas s'exprimer sur l'affaire pour le moment. Probablement gênés aux entournures, pas un n'a évoqué publiquement la polémique pour défendre la chanson. Sur Twitter, Michèle Laroque et Patrick Bruel font comme si de rien n'était:

Je vous souhaite un vendredi flamboyant !
— Michèle Laroque (@MicheleLaroque) 27 Février 2015

Petit coucou devant le #Montblanc Je ferais bien un concert ici..;) Quelle merveille...! pic.twitter.com/IN0SDnhRZv
— Patrick Bruel (@PatrickBruelOff) 26 Février 2015

Seul Jean-Louis Aubert a répondu à Europe1: "Ce n'est pas réactionnaire mais très paternaliste. Pour moi c'est un détail". L'ancien chanteur de Téléphone a ajouté une réaction à double-tranchant: "C’est juste une manière de dire, plus ou moins élégamment, ‘vas-y fonce, c’est ta vie’. Ce que m’a appris Goldman, c’est que quelque fois, on se retrouve à chanter des niaiseries mais ce n’est pas plus grave que ça". Il se désolidarise même de ses copains les "Enfoirés" en expliquant: "Moi, je ne pourrai pas chanter ça. Je ne l’ai pas chanté d’ailleurs, sur le clip, c’est du play back. Mais je pense qu’il y a des choses vachement plus graves". 

"Un problème d'interprétation"

Le compte Twitter des "Enfoirés", assailli de critiques, s'échinait à répéter que le texte de la chanson manque peut-être de "clarté" mais "n'a d'objectif que d'être positif et encourageant". Le responsable du compte l'assure à longueur de messages: "c'est un problème d'interprétation". "Aucune chanson ne peut plaire à tout le monde. Celle-ci n'a pourtant pas vocation à choquer ou blâmer qui que ce soit", répond encore le community manager de l'association à des internautes qui l'interpellaient. Mais ces efforts ne semblent pas couronnées d'un franc succès et le moins qu'on puisse dire est qu'il ne trouve pas un soutien massif du côté des interprètes.

Le concert des "Enfoirés" sera diffusé le 13 mars sur TF1, et l'album dont est tirée la chanson polémique sortira le lendemain. Les bénéfices des CD et DVD, ainsi que celui des concerts est reversé en intégralité aux Restos du Coeur. En 2014, ils avaient rapporté à l'association près de 23 millions d'euros, soit 12,5 % de son budget. Reste à savoir si le "badbuzz" autour de la chanson phare de l'édition 2015 ne portera pas trop préjudice aux ventes de l'album.

A.D. avec AFP