BFMTV

Gotye s'est inspiré d'un artiste brésilien pour "Somebody that I used to know"

"Somebody that I used to know" a été numéro 1 dans 24 pays à travers le monde.

"Somebody that I used to know" a été numéro 1 dans 24 pays à travers le monde. - -

Le chanteur australien avait passé un accord très généreux pour partager les royalties du titre avec les héritiers du brésilien Luiz Bonfa. C'était sans compter sur le succès planétaire de la chanson.

Quelques notes de musique qui valent des millions. Le chanteur Gotye a reconnu s'être inspiré d'un artiste brésilien pour son énorme tube "Somebody that I used to know" et a versé une importante somme d'argent à ses héritiers, rapporte le Sunday Telegraph australien.

Les premières secondes du tube sont issues de Seville, un morceau du brésilien Luiz Bonfa, datant de 1967.

Pas de plagiat à l'horizon, l'accord a été signé "bien avant que la chanson ne soit au top des charts mondiaux et ne rapporte des millions de dollars", explique le Sunday Telegraph. Selon le journal, Gotye, de son vrai nom Wally DeBacker, a accepté de reverser 45% des royalties du titre aux héritiers de Luiz Bonfa, décédé il y a 10 ans.

1 million d'euros de royalties

Un accord généreux, seulement voilà, "Somebody that I used to know" a affolé les charts partout sur la planète: 13 millions de singles vendus, n°1 dans 24 pays. Résultat: le Sunday Telegraph estime que la famille de Luiz Bonfa a déjà touché près d'un million d'euros.

Et ce sans même prendre en compte les revenus issus des vues réalisées par le clip sur Youtube, 400 millions jusqu'à présent, et les droits de diffusion à la radio.

Selon un analyste interrogé par le journal, de tels arrangements peuvent permettre à l'artiste qui "emprunte" d'autres chansons de faire des économies. C'était sans compter le succès planétaire du morceau.

Ecoutez l'original de Luiz Bonfa et la version de Gotye :