BFMTV

Covid-19: ce que l'on sait du concert test à l'AccorHotels Arena de Paris

L'AccorHotels Arena à Paris

L'AccorHotels Arena à Paris - Miguel Medina / AFP

Indochine se produira en avril devant 5.000 spectateurs volontaires, au cours d'un concert test au protocole sanitaire rigoureux.

Près de quatre mois après une expérience menée à Barcelone, deux concerts tests vont être organisés en France: l'un à Marseille, l'autre à Paris. L'objectif: trouver un modèle viable permettant aux salles de spectacle de rouvrir, en dépit de la pandémie de Covid-19. Le concert parisien se déroulera dans l'immense salle de l'AccorHotels Arena, qui accueille habituellement jusqu'à 20.000 personnes. On vous dit tout sur cet événement au protocole sanitaire rigoureux, qui laisse espérer des jours meilleurs pour le monde de la culture.

● Indochine sur scène

Pour monter sur la scène de ce concert test, c'est le groupe Indochine qui a été choisi, parmi de nombreux artistes volontaires. Ce nom circulait déjà depuis plusieurs semaines, et a été confirmé par nos confrères du Monde. Un choix opportun pour attirer un public transgénérationnel et réaliser l'expérience sur plusieurs tranches d'âge - avec une limite qui n'est pas encore définie, mais qui devrait être jusqu'à 45 ans. C'est aussi symbolique, la bande de Nicolas Sirkis fêtant cette année ses 40 ans de carrière.

● Un tirage au sort pour se porter volontaire

"Ce n'est pas un concert, c'est une expérience médicale autour d'un concert, et donc les spectateurs seront plutôt volontaires avant d'être spectateurs", soulignait mi-février sur BFMTV Jean-Paul Roland, directeur du festival des Eurockéennes et représentant du Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé).

Ainsi, ils seront 7.500 à être tirés au sort après inscription sur un site (actuellement en cours de construction). Parmi ces volontaires, 5.000 assisteront en personne au concert, et 2.500 resteront à domicile. "Il faudra être testé négatif dans les 72 heures avant l'évènement, ne pas être vacciné, et ne pas être à risque de faire un Covid grave", précise auprès de France Inter Constance Delaugerre. Professeure en virologie à l’hôpital Saint-Louis à Paris, elle est en charge de l’équipe scientifique qui supervise ces expérimentations.

● Un test avant et après

En amont du concert, tous les participants subiront un test: mais si certains devaient se révéler positifs, les personnes contaminées "ne seront pas filtrées parce qu'il faut se mettre en situation où il y aura un brassage", a fait valoir Roselyne Bachelot. Après l'événement, d'autres tests seront réalisés pour évaluer les éventuelles contaminations. Le but sera ainsi de comparer les résultats entre les deux groupes: les 5.000 specateurs sur place, et les 2.500 personnes restées à domicile.

"Le jour du concert, tout le monde doit nous renvoyer des kits de prélèvement salivaire pour savoir s'il y a des positifs le jour-même", précise Constance Delaugerre. "Puis ensuite, le concert a lieu et 7 jours après, tout le monde renvoie un nouveau test salivaire. C'est sur ce test-là, à 7 jours, que l'on va voir le nombre de positifs dans le 'bras domicile' et le nombre de positifs dans le 'bras concert'".

Les résultats devraient être disponibles "dans les quinze jours qui suivront l'évènement". "L’hypothèse est que le groupe concert ne fera pas pire ou pas mieux, en termes d’infection, que le groupe témoin qui est resté à la maison. Nous voulons vérifier que ce concert n’aura pas généré de surrisque", souligne dans Le Monde Constance Delaugerre.

● Un public debout, masqué et surveillé

Contrairement à Marseille où le public sera assis, les spectateurs parisiens pourront assister debout au concert, et sans distanciation. Ils devront toutefois porter un masque FFP2: des caméras de surveillance seront utilisées pour surveiller le public et s'assurer du bon port du masque. Du gel hydroalcoolique sera également distribué pour l'occasion. Enfin, les volontaires auront l’obligation, si ce n'est pas déjà fait, de télécharger l’application TousAntiCovid.

Nawal Bonnefoy