BFMTV

Coronavirus: annulation du festival des Francofolies de la Rochelle

Le public des Francofolies 2016. (Photo d'illustration)

Le public des Francofolies 2016. (Photo d'illustration) - Xavier Leoty - AFP

Les organisateurs du festival ont annoncé que la prochaine édition se déroulera l'an prochain, du 10 au 14 juillet.

L'édition 2020 du festival des Francofolies de la Rochelle, l'un des grands rendez-vous musical de l'été en France, a été annulé en raison des conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus, ont indiqué les organisateurs mardi. 

L'événement charentais, qui avait réuni 150.000 festivaliers l'an passé, devait se tenir du 10 au 14 juillet. 

Une édition 2021 déjà en préparation

Les organisateurs ont donné rendez-vous en 2021 aux festivaliers, annonçant que la prochaine et 36e édition se déroulera l'an prochain aux mêmes dates. "Nous collaborons dès à présent avec les artistes de l'édition 2020 pour qu'ils soient présents lors de la prochaine édition", ont-ils précisé. 

Stephan Eicher, Louis Chedid, Pomme, PNL, Dadju, Alain Souchon, Jean-Louis Aubert, Catherine Ringer qui réenchante les Rita Mitsouko, Izïa ou encore Suzane, révélation scène des dernières Victoires de la musique, faisaient partie de la programmation 2020.

Plusieurs annulations

Les grands festivals de ce type renoncent les uns après les autres. Ce mardi, les Eurockéennes (prévues du 2 au 4 juillet, 128.000 spectateurs en 2019), le Main Square (3-5 juillet, 115.000), Art Rock (29-31 mai, 78.000) ou encore les Nuits de Fourvière (2-31 juillet, 190.000) ont jeté l'éponge. 

D'autres n'avaient pas attendu l'intervention chef de l'Etat lundi soir pour annuler, tels le Printemps de Bourges (200.000 spectateurs en 2019), qui devait se tenir fin avril, le Hellfest (juin, 180.000 spectateurs), le Lollapalooza (juillet, 95.000 spectateurs) et Solidays (juin, 228.000 spectateurs). 

Les Vieilles Charrues (16-19 juillet, 270.000) pourraient être le prochain sur la liste. C'est un cas d'école: le festival breton attendait près de 300.000 personnes à partir du 16 juillet, soit au lendemain de la levée d'interdiction des grands rassemblements. 

N.B. avec AFP