BFMTV

Clip Borders: entre M.I.A et le PSG, la guerre est déclarée

M.I.A dans le clip Borders

M.I.A dans le clip Borders - Capture d'écran Youtube

Le Paris Saint-Germain en veut à la chanteuse, qui porte le maillot de l'équipe dans son dernier clip Borders, qui évoque la question des migrants. L'artiste, elle, semble peu impressionnée...

Le PSG n'apprécie que très moyennement le "soutien" de la chanteuse M.I.A dans son clip Borders, dans lequel elle évolue au milieu de migrants installés sur des embarcations de fortune.

Dans une lettre datant de décembre dernier, que la star a publié sur son compte Twitter, Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du PSG, pointe du doigt la tenue dans laquelle elle apparaît, qui n'est autre que le maillot du PSG... légèrement modifié au niveau du sponsor.

"Fly Pirates"

En effet, on ne lit plus "Fly Emirates", du nouveau de la compagnie aérienne, mais "Fly Pirates".

L'équipe de foot, qui a rapidement contacté l'artiste, a cherché à comprendre pourquoi elle avait été associée à ce sujet d'actualité délicat.

"En plus d'être surpris, nous ne comprenons tout simplement pas pourquoi nous sommes associés, à travers notre logo et le maillot de notre équipe, à une telle dénonciation". 

MIA VS PSG

Jean-Claude Blanc poursuit en expliquant que le choix de la chanteuse pourrait porter préjudice au PSG, qui tend à préserver "une image prestigieuse en France et tout autour du monde, basée sur la popularité des joueurs".

Il s'appuie sur plusieurs publications de médias français, tel que Konbini, qui parle d'une "vive critique à l'égard du pays organisateur de la Coupe du Monde 2022, où 1200 travailleurs immigrés ont péri sur les chantiers".

Il rappelle enfin que la Fondation Paris Saint-Germain avait fait un don à hauteur de 1 million d'euros en septembre dernier au Secours Populaire afin de venir en aide aux migrants.

Une compensation financière demandée

Le PSG demande à M.I.A de retirer les extraits du clip où elle arbore le maillot de l'équipe de foot ainsi qu'une compensation financière "pour tout le mal qui a déjà été fait". Dans le cas contraire, le club l'a menace de poursuites judiciaires.

"Nous nous réservons le droit de rechercher tous les remèdes juridiques pour compenser le préjudice dont nous avons déjà souffert et continuerons à souffrir, et nous nous réservons le droit d'engager toutes procédures, y compris judiciaires si besoin, pour protéger nos intérêts".

La chanteuse, elle, ne semble pas impressionnée pour un sou, comme l'indique son tweet "MIA vs PSG". La guerre est déclarée.

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV