BFMTV

Miss Centre-Val de Loire: "Je n'ai pas abandonné, Sylvie Tellier m'a destituée"

Margaux Legrand-Guérineau, Miss Centre-Val de Loire, revient sur son abandon au concours de Miss France 2017.

Margaux Legrand-Guérineau, Miss Centre-Val de Loire, revient sur son abandon au concours de Miss France 2017. - Twitter - Valery Hache - AFP

Quelques semaines après avoir annoncé qu'elle ne participerait plus au concours Miss France 2017, Margaux Legrand-Guérineau a tenu à révéler les vraies raisons de son départ: l'existence de photos artistiques en 'topless' réalisées par le passé.

"Je mets fin à mon aventure pour des raisons qui me sont personnelles". Il y a trois semaines, Margaux Legrand-Guérineau annonçait avec tristesse qu'elle renonçait à participer au concours Miss France 2017 alors qu'elle avait décrocher quelques jours plus tôt la couronne de Miss Centre-Val de Loire. Mais ce week-end, la jeune femme de 22 ans a tenu à éclaircir les raisons de son abandon. 

Dans La Nouvelle République, la Jocondienne, étudiante à l'Institut de formation de manipulateurs d'électroradiologie médicale de Tours, confie: "En réalité, c'est une destitution, je n'ai pas abandonné". Elle précise: "Un mois après l'élection, Sylvie Tellier (directrice générale de la société Miss France, NDLR) m'a appelée pour me dire qu'elle avait reçu par courrier anonyme des photos dénudées de moi".

Des photos ni "vulgaires", ni "érotiques"

Le fait d'avoir posé pour une séance photos "totalement ou partiellement dénudée" est contraire au règlement du comité Miss France. Sylvie Tellier a donc aussitôt contacter Margaux Legrand-Guérineau, lui conseillant de dire qu'elle abandonnait "pour des raisons personnelles" pour éviter de "créer un buzz médiatique". La jeune femme s'est alors exécutée, à regret.

Aujourd'hui, celle qui a été remplacée par sa première dauphine, Cassandre Joris, tient à préciser la nature des photos qui l'empêcheront de représenter sa région à Montpellier le 17 décembre prochain: "J'ai fait des photos il y a trois ans et demi avec un ami photographe à moi, mais c'était des photos artistiques en 'topless' caché, pas vulgaires ni érotiques, destinées à rester privées avant de les utiliser pour un book professionnel à l'avenir".

Si Margaux Legrand-Guérineau a décidé de s'exprimer aujourd'hui, c'est aussi parce qu'elle a tenté, en vain, de recontacter Sylvie Tellier "pour savoir de quelles photos il s'agissait, les récupérer et tenter de savoir qui a pu les envoyer". Elle conclut alors: "Je n'ai pas honte de ces photos et je veux juste avoir des explications."

Fabien Morin