BFMTV

Les Anges: Ricardo Pinto mis en examen pour "violences volontaires" sur son bébé

Ricardo Pinto dans Les Anges saison 8

Ricardo Pinto dans Les Anges saison 8 - Capture d'écran NRJ 12

Le jeune homme, âgé de 26 ans, est soupçonné de violences sur son bébé âgé de quatre mois. Un juge décidera, ce lundi, si lui et sa compagne peuvent conserver la garde de leur enfant.

Ricardo Pinto, notamment connu pour avoir participé à l'émission Les Anges sur NRJ12, a été mis en examen vendredi soir pour "violences volontaires contre mineur de 15 ans" et placé sous contrôle judiciaire avec injonction de soin, rapporte Le Parisien ce dimanche. Le jeune homme, âgé de 26 ans, est soupçonné de violences sur sa fille âgée de quatre mois, qu'il a eu avec sa compagne Nehuda. Cette dernière est, pour l'instant, mise hors de cause. 

"Un accident malencontreux"

Ricardo Pinto et Nehuda, qui se disent "victimes de leur réputation et d'un emballement médiatique", avaient été interpellés peu après leur arrivée au CHU de Dijon le lundi 26 juin, après une première hospitalisation de leur fillette à Joigny, avant d'être relâchés. Ils ont tous deux donné la même version aux policiers lors de leur garde à vue, parlant d'un "accident malencontreux".

Le Parisien révèle que le couple de télé-réalité a raconté qu'à la suite d'une altercation conjugale, Ricardo, énervé, a jeté son téléphone à l'arrière de leur voiture alors qu'ils s'étaient arrêtés sur une aire d'autoroute dans l'Yonne. L'appareil aurait alors atterri sur le visage du bébé, installé à l'arrière.

Des blessures "assez sévères" au visage

Lundi, à 9 heures, le juge pour enfants du tribunal de grande instance de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, devra prendre une décision concernant l'éventuel placement du bébé, actuellement dans le service pédiatrie du CHU de Dijon. La petite fille, dont les blessures au visages sont "assez sévères" (fractures et ecchymoses), est pour l'instant prise en charge par une équipe médicale.

Toujours d'après Le Parisien, le couple souhaiterait demander la garde de son bébé, et, en cas de refus du juge, envisage de se séparer afin que la mère s'occupe seule de l'enfant. En dernier recours, la grand-mère pourrait se voir confier sa garde.

N.B.