BFMTV

Le producteur de Polnareff assume n'avoir pas assuré toute la tournée du chanteur

Michel Polnareff en concert à Nice le 8 novembre 2016.

Michel Polnareff en concert à Nice le 8 novembre 2016. - Valéry Hache - AFP

Le producteur de Michel Polnareff pourrait en être de 450.000 euros de sa poche, après les deux concerts annulés de l'artiste. S'il se dit prêt à assumer ces frais, il demande des explications.

Ce n'est pas une histoire d'argent, mais... Entre Michel Polnareff et Gilbert Coullier, les choses risquent désormais de se régler devant les tribunaux. Le producteur explique ce mardi matin dans Le Parisien, qu'il n'était pas assuré pour la tournée de Michel Polnareff, mais que là n'est pas la question. "Le sujet de l'assurance n'a rien à voir avec la cause du litige", plaide-t-il.

Le producteur explique avoir ainsi "contracté une assurance pour les concerts à Bercy" mais pas pour la tournée. "Si j’étais assuré, la compagnie d’assurances aurait nommé des experts et compte tenu des raisons floues qui entourent ces annulations, nous ne serions pas indemnisés", précise-t-il.

Gilbert Coullier a pourtant des doutes. Au Parisien, il explique que Michel Polnareff ne voulait pas chanter à la salle Pleyel, où il devait se produire le 2 décembre. Le producteur estime cependant que le comportement de Michel Polnareff] le soir du premier concert annulé est "contradictoire avec une incapacité de chanter".

L'artiste a dîné ce soir-là au restaurant de son hôtel, après avoir passé l'après-midi au bar, comme le producteur l'a fait constater par un huissier.

"Il n’a pas délivré de certificat médical"

Plus tard, vers 23h, le chanteur a fait venir un médecin qui lui a prescrit "de l’ultralevure et un médicament pour le rhume", explique Gilbert Coullier dans Le Figaro. "Il n’a pas délivré de certificat médical et n’a pas prescrit un arrêt de travail susceptible de l’empêcher de se produire à Nantes le lendemain".

La suite, on la connaît, Michel Polnareff poste un message sur Facebook annonçant l'annulation du concert de la salle Pleyel à Paris, pour cause d'épuisement. Le lendemain, samedi 3 décembre il est hospitalisé à l'hôpital américain de Neuilly. Son attaché de presse Fabien Lecoeuvre révèle alors que le chanteur souffre d'une embolie pulmonaire et que son pronostic vital est engagé. Le public découvre l'existence du docteur Siou, le médecin qui a pris en charge Michel Polnareff et le traite. Le médecin donne au fil de la semaine des nouvelles encourageantes de la star. Jusqu'au coup de théâtre, dimanche, quand une enquête du JDD révèle les doutes de Gilbert Coullier sur l'authenticité de la maladie.

"Nous assumerons les 450.000 euros des annulations"

Le docteur Siou ne cesse, depuis de justifier son diagnostic, assurant qu'il est prêt à se soumettre à une expertise. En revanche, il se dit tenu par le secret médical. "Je n'ai aucune raison et aucun droit de fournir un dossier médical à un producteur de variétés, explique-t-il mardi sur BFMTV. Sauf si la justice ou un expert agrémenté le demande". L'hôpital américain de Neuilly a pour sa part publié un communiqué diffusé sur Twitter lundi 12 décembre confirmant la double embolie de l'artiste.

De son côté, Gilbert Coullier affirme que "si le dossier médical confirme que l'état de santé de l'artiste ne lui permettait pas d'assurer ces spectacles, nous assumerons les 450.000 euros des annulations". Il indique par ailleurs laisser à ses avocats la décision d'engager des poursuites.

Succès mitigé de la tournée

Mais entre le producteur et la star, cela fait quelques temps déjà que le ton est monté. Le producteur révèle par ailleurs que la tournée de Michel Polnareff, la première depuis près de 10 ans, "n'a pas été le succès escompté". En cause, "la non-sortie de l'album" qui, selon Gilbert Coullier "est plus qu'une déception. Michel Polnareff lui reproche de son côté le prix trop élevé des places, qui justifierait "le succès mitigé de la tournée".

Pas sûr que le producteur et le chanteur poursuivent leur collaboration. Gilbert Coullier le dit tout de go au Figaro: "Nos accords avec Michel Polnareff devaient s’achever avec cette tournée. Rien ne nous oblige à collaborer ensemble dans l’avenir".

Magali Rangin