BFMTV

"Lamentables et débiles": Philippe Etchebest pousse un coup de gueule contre les dîners clandestins

Le chef français et juré de Top Chef a estimé, ce lundi sur notre antenne, que les organisateurs de dîners clandestins donnaient une mauvaise image des restaurateurs, et devaient être punis.

"C'est lamentable. Je suis très en colère." Invité ce lundi matin sur notre antenne, Philippe Etchebest a réagi aux dîners clandestins qui se sont déroulés à Paris, et dont des images ont fuité ces derniers jours. Le chef a dénoncé des faits "lamentables et débiles".

"Franchement, quelle image va ressortir de nous, les restaurateurs?", a-t-il demandé. "On s'est battus pendant des mois pour obtenir des aides. On fait tout, aujourd'hui, pour essayer de faire en sorte d'avoir des réouvertures rapides et normales. Et aujourd'hui, une poignée d'individus salissent notre profession, et ce n'est pas normal."

"On montre ça aux gens, mais il faudrait montrer ceux qui respectent les règles et défendent tout ça: ils sont beaucoup plus nombreux, et je peux vous assurer que ces gens qui font tout et n'importe quoi", a assuré le membre du jury de Top Chef.

Punir les responsables

Philippe Etchebest a assuré ne jamais avoir entendu parler de ces événements, qui ne respectent pas les gestes barrière et la distanciation sociale.

"J'ai vu des images, effectivement, pas plus tard qu'hier, et je suis vraiment choqué. Il y en a toujours qui essaieront de tricher, mais il faut le dénoncer, et ces gens-là doivent être punis: ils renvoient une mauvaise image de notre profession, une profession qui défend ses valeurs et qui respecte les règles. Les gens qui vont à l'encontre de ça, il faut qu'ils soient punis".

En ce qui concerne la possible réouverture des restaurants mi-mai, Philippe Etchebest "a envie d'y croire". "Il y a un calendrier qui a été proposé par le président de la République, que je trouve très optimiste. J'ai envie d'y croire", a-t-il avancé. "En un mois et demi, inverser la courbe de l'épidémie et vacciner en masse, avec ce qu'on voit aujourd'hui, ça me paraît compliqué, mais j'ai envie d'y croire".

"Il faut réagir, et vite", a-t-il expliqué, soulignant que cela devenait "de plus en plus difficile pour beaucoup de restaurateurs".

Nawal Bonnefoy