BFMTV

La série “Baron Noir” s'arrête et n'aura pas de quatrième saison

Baron Noir, série française qui a réussi à s'exporter

Baron Noir, série française qui a réussi à s'exporter - Canal+

La série politique avec Kad Merad ne se poursuivra pas. En cause: la lassitude de son co-créateur et son impossibilité selon lui de poursuivre la série sans basculer dans la "science-fiction".

Pas de saison 4 pour Baron noir, la série qui raconte l'ascension du député-maire Philippe Rickwaert (Kad Merad). Son cocréateur, Éric Benzekri, et le directeur de la fiction de Canal+, Fabrice de La Patellière, ont annoncé leur décision ce mercredi dans les colonnes de Télérama.

"J’en ai beaucoup discuté avec Canal+ et le producteur, Thomas Bourguignon, mais c’est ma décision, et je l’assume", explique Éric Benzekri à l'hebdomadaire. Le scénariste n'a pas envie de rempiler sur plusieurs années, complète Fabrice de La Patellière: "Pour lui, resigner, c’était repartir sur un nouveau cycle d’écriture et y consacrer à nouveau six ans de sa vie… Et pour nous, ce n’était pas envisageable de continuer sans lui."

"Il y a d’abord la fatigue et le besoin de faire autre chose, mais ça n’explique pas tout", ajoute encore Éric Benzekri, qui estime que la série est arrivée naturellement à son terme: "La chute tragique de la saison 3 fermait un cycle puisque Baron noir reposait sur la relation entre Philippe Rickwaert et Amélie Dorendeu, deux personnages aux conceptions différentes de la politique, qui se sont aimés et détestés."

"Risquer de tomber dans la science-fiction"

Poursuivre, c'était forcément changer "la nature de la série", précise le scénariste, qui a imaginé dans la dernière saison l'ascension vers l'Élysée d'un candidat populiste: "La troisième saison mettait un pied dans la dystopie, l’anticipation, en reflet de la politique actuelle. Aller plus loin, c’était risquer de tomber dans la science-fiction. À force de trop anticiper, on aurait pu complètement se planter. Et on ne pouvait plus reculer."

Et à cela s'ajoute la difficulté d'écrire une série politique avec la pandémie: "Le corollaire du Covid, c’est l’incertitude. L’impossibilité de prévoir. Baron noir a réussi à anticiper la vie politique, mais nous ne sommes pas des devins…" Éric Benzekri prépare désormais une nouvelle série, avec son coscénariste de de la dernier saison, Raphaël Chevènement.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV