BFMTV

L'humoriste Yassine Belattar, accusé de menaces et harcèlement, placé en garde à vue

L'humoriste Yassine Belattar

L'humoriste Yassine Belattar - Juste pour rire

L'humoriste a été placé en garde à vue ce mardi, après plusieurs plaintes émanant notamment de Bruno Gaccio, selon les informations du Parisien.

Yassine Belattar a été placé en garde à vue ce mardi, selon une information du Parisien. L'humoriste et animateur radio est entendu par la police du Ve arrondissement de Paris, après une plainte de l'ex-auteur des Guignols Bruno Gaccio pour menaces de mort. 

Selon Mediapart, Yassine Bellatar est aussi accusé par plusieurs personnes du monde du spectacle "de comportements humiliants ou menaçants", ce qu'il conteste.

L'animateur radio était convoqué ce mardi matin au commissariat du 5e arrondissement de la capitale dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin janvier par le parquet de Paris après une plainte pour menaces de mort déposée contre lui par le producteur et comédien Bruno Gaccio.

"Je ne suis jamais passé à l'acte"

"Quatre personnes ont décrit sur procès-verbal des menaces directes, une demi-douzaine de personnes au bas mot ont évoqué des relations professionnelles difficiles et deux jeunes femmes ont raconté des conversations dérivant vers des sous-entendus ou des allusions sexuelles alors qu'elles étaient à la recherche de travail", écrit le site d'information qui dit enquêter depuis fin 2017 sur cette affaire.

Interrogé par Mediapart, le comédien a contesté les accusations de harcèlement professionnel mais assumé certains propos reprochés.

"Que je menace des gens, c'est un fait", a-t-il déclaré au site d'information. "Il y a plein de gens qui en menacent d'autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l'acte".

Aujourd'hui animateur sur la radio Nova après avoir été sur l'antenne du Mouv', Yassine Belattar est aussi devenu un chroniqueur télévisé. En 2018, il a été nommé par le président Emmanuel Macron au Conseil présidentiel des Villes, destiné à alimenter la réflexion de l'exécutif sur les quartiers prioritaires.

"Me cherche pas petit"

Entre l'ex-plume des Guignols et l'animateur de Radio Nova, tout a commencé sur Twitter, le 24 janvier. Yassine Belattar se moque alors d'un tweet de Bruno Gaccio, sur le mouvement des gilets jaunes. "Trop triste pour l’ami @GaccioB qui a failli devenir Président de sa République sans bouger de St Germain des Prés".

En quelques tweets, les choses s'enveniment et le ton monte. "Me cherche pas petit, répond Gaccio. Je te connais. T’as pas le niveau. Tu peux faire le malin avec les autres. Moi je te connais. Joue dans ta catégorie. Bonne journée."

Yassine Belattar poursuit ses attaques: "Bruno vu que tu es un pointeur avec les femmes, j’aime l’idée que tu deviennes un homme politique de premier plan. Veux-tu vraiment ouvrir la boîte de Pandore ? Tu sais bien que non, Nono…", tweete-t-il. 

"Un coup de fil plein de tendresse"

"Pointeur, raconte Bruno Gaccio à Marianne, ce n’est quand même pas un terme anecdotique, on l’utilise pour ceux qui se livrent à du harcèlement sexuel et, plus particulièrement, les pédophiles. Moi, évidemment, je sais que je ne suis pas un "pointeur" mais pour mes proches, j’ai décidé de le poursuivre en diffamation." 

L'échange se termine avec un tweet de l'auteur des Guignols, indiquant avoir reçu un "coup de fil plein de tendresse à base de sodomie sur ma maman" de la part de Yassine Benattar. Il poursuit: "Je vais déposer une main courante". 

Entre les deux hommes, l'antagonisme remonterait à 2015, lorsqu'ils ont travaillé ensemble sur Canal+ à la relance de La Grosse émission, dont l'animation avait été confiée à Yassine Belattar.

Magali Rangin