BFMTV

Kim Kardashian poursuit ses études de droit: "j'espère qu'un jour je pourrai ouvrir mon propre cabinet"

Kim Kardashian

Kim Kardashian - Chris Delmas - AFP

La star de télé-réalité revient sur son engagement en faveur de la réforme carcérale américaine et sur sa rencontre avec Donald Trump.

La reconversion est en marche. Kim Kardashian étudie le droit depuis plus d'un an dans le but d'ouvrir un jour son propre cabinet d'avocats. Un moyen de défendre la réforme carcérale, dont elle est un fervent soutien. La star de télé-réalité est revenue sur ces convictions dans un entretien accordé mercredi au New York Times:

"Je travaille très dur et c'est un engagement que j'ai pris de passer du temps loin de ma famille pour étudier, de ne pas sortir avec mes amis et de vivre une vie différente. Et ça me convient parfaitement. J'adore ça et j'espère qu'un jour je pourrai ouvrir mon propre cabinet qui aidera avec la réforme carcérale. J'adorerais engager ces hommes et ces femmes qui sont derrière les barreaux, parce qu'ils connaissent mieux la loi que la plupart des avocats."

Rencontre avec Donald Trump

C'est cet engagement militant qui a motivé la rencontre de Kim Kardashian avec Donald Trump. En mai 2018, la femme d'affaires était reçue par le président des États-Unis dans le bureau ovale afin de plaider pour la libération d'une grand-mère emprisonnée à vie. Un mois plus tard, le chef d'État accédait à sa requête. Kim Kardashian explique aujourd'hui ne pas regretter cet entretien, même si de nombreuses personnes ont tenté de la décourager:

"Tellement de gens m'ont conseillé de ne pas aller à la Maison-Blanche. Ça n'avait aucun sens pour moi. Si quelqu'un peut sortir de prison et récupérer sa vie, comparé à l'impact que cette visite aura sur ma réputation... (...) Je rencontrerais quiconque a ce pouvoir de changer la vie de quelqu'un."

Quitte, peut-être à laisser de côté d'autres combats: "Je m'exprime aussi quand j'ai le sentiment que les choses ne sont pas ce qu'elles devraient être, comme au sujet de l'immigration (...) Il y a beaucoup de choses à faire sur la réforme carcérale et j'ai le sentiment que je serais plus efficace si je me concentre uniquement sur ça pour l'instant."

Benjamin Pierret