BFMTV

Keira Knightley: un fan gâche ses débuts sur les planches à Broadway

Keira Knightley à la cérémonie des Oscars 2015.

Keira Knightley à la cérémonie des Oscars 2015. - Mark Ralston / AFP

Pendant la première de sa pièce Thérèse Raquin à Broadway, Keira Knightley a dû faire face à la demande en mariage d'un admirateur en pleine représentation.

Keira Knightley se souviendra de son retour sur les planches à Broadway. Ce jeudi 1er octobre, lors de la première newyorkaise de la pièce Thérèse Raquin qu'elle joue au Roundabout Theatre Company avec Matt Ryan et David Patrick Kelly, la comédienne a vécu une représentation chaotique. Un spectateur n'a pas hésité à semer la pagaille dans la salle en faisant une demande en mariage à l'actrice britannique en plein spectacle.

Comme le rapporte le site de NBC, quelques minutes seulement après le début de cette pièce, adaptée de l'oeuvre d'Emile Zola, un homme, assis en mezzanine, un bouquet à la main, a commencé à parler un voix haute à l'assistance. Son discours, visiblement confus, a été conclu par une demande en mariage à l'adresse de la star révélée dans Pirates des Caraïbes.

Le bouquet atterrit sur la scène

Pendant que les comédiens tentaient péniblement de continuer à jouer en faisant abstraction de l'incident, le service d'ordre est intervenu pour conduire l'agitateur en dehors de la salle. Mais avant de sortir, celui-ci est malgré tout parvenu à jeter son bouquet sur la scène où se produisait les comédiens. C'est l'acteur Gabriel Ebert qui, tout en continuant à donner la réplique à ses partenaires, a poussé du pied le bouquet en dehors de la scène sous les applaudissements du public.

Les organisateurs ont finalement décidé d'interrompre la représentation quelques minutes après l'incident. Celle-ci a pu reprendre ensuite normalement jusqu'à son terme. Un porte-parole du spectacle a expliqué à NBC 4 New York que le théâtre allait renforcer son dispositif de sécurité lors des prochaines séances: "Nous prenons très au sérieux la sécurité de nos acteurs et de notre public." 

Fabien Morin