BFMTV

Il y a dix ans jour pour jour, Britney Spears se rasait la tête

La une des tabloïds le 17 février 2007

La une des tabloïds le 17 février 2007 - Captures d'écran

Cela fait aujourd'hui 10 ans que la star a affolé les tabloïds du monde entier (et ses fans) en se rasant le crâne devant des dizaines de paparazzis. Retour sur un événement-clé de la carrière de la chanteuse qui a laissé son empreinte dans la pop culture.

La tristement célèbre boule à zéro de Britney Spears fête ses dix ans. Le 16 février 2007, la popstar posait la cerise sur le gâteau de sa descente aux enfers en se rasant le crâne dans un salon de Los Angeles.

La chanteuse, au fond du trou, est alors la cible des paparazzis. En cure de désintoxication, elle sort du centre, entre dans un salon de coiffure du quartier de Tarzana, s'assied en face des vitres afin que personne ne rate une miette du spectacle. Puis, d'un geste sûr, saisit la tondeuse posée devant elle se rase le crâne. Elle ne dira rien, excepté un petit "Maman va péter un câble", avant de sortir mitraillée de flashs. La scène, photographiée et filmée par des dizaines de curieux, fait alors la une des tabloïds du monde entier et tourne en boucle sur les chaînes d'information américaines.

Documentaires et téléfilms

Nous sommes désormais en 2017 et contrairement aux nombreux scandales liés aux starlettes de la décennie précédente (en première ligne, Paris Hilton et Lindsay Lohan), la boule à zéro de Britney Spears n'a toujours pas disparu de nos mémoires. Devenu un véritable cas d'étude sur lequel se penchent de nombreux étudiants en psychiatrie, la crise de folie de Brit-Brit fait aussi l'objet de documentaires, à l'instar d'American Dream, portrait glaçant fabriqué maison avec des extraits de vidéos et émissions télé par Will Rebein, un internaute qui raconte avec justesse l'enfer vécu par la star.

La chaîne américaine Lifetime va encore plus loin dans la célébration de ce bien sombre anniversaire en sortant Britney Ever After, un téléfilm retraçant la gloire et la chute de la star. Dans le trailer, un extrait où on l'aperçoit se raser le crâne donne le ton.

Si le 16 février 2007 de Britney Spears est aussi célèbre, c'est parce que rarement une star d'un tel niveau, prise dans un infernal tourbillon médiatique, n'a touché le fond de manière si violente. Mais aussi parce qu'il reste, encore aujourd'hui, des questions sans véritables réponses. Comment la petite fiancée de l'Amérique en est-elle arrivée à se débarrasser de ses longueurs blondes en un coup de tondeuse? Pourquoi ses proches ne l'ont-ils pas arrêtée?

"Britney survived 2007. You can handle today"

Il sera révélé plus tard que l'ex-mari de la chanteuse, Kevin Federline, réclamait à l'époque des analyses afin de prouver que la star n'était pas en mesure d'obtenir la garde de leurs deux enfants à cause d'une addiction aux amphétamines. Ce passage chez le coiffeur aurait été un moyen d'y échapper. S'il a été avéré de source sûre que l'interprète de Toxic était dépressive et souffrait de problèmes d'alcool et de drogue, on se demande encore ce qui l'a poussée, à ce moment précis, à commettre un tel acte mais surtout, à le mettre en scène.

La principale concernée, elle, n'a jamais abordé le sujet de manière explicite. Que ce soit par désir de cultiver sa vie privée trop souvent volée par les tabloïds ou par besoin de se reconstruire, Britney Spears a fait le choix de se taire et de remonter la pente, par le biais d'albums plus ou moins réussis, son spectacle à Las Vegas qui rencontre un succès phénoménal ou encore sa vie de famille. Et de prouver à tous ceux qui la croyaient finie qu'elle était loin d'en avoir terminé. 

"Son pétage de plomb médiatisé fait aujourd'hui partie intégrante de son personnage légendaire", résume le magazine i-D. La boule à zéro de Britney Spears est devenue, dans la culture populaire, la preuve que n'importe qui peut se relever après une période difficile. Un symbole repris aujourd'hui avec cette phrase désormais culte détournée sur Internet ou imprimée sur des objets dérivés: "Si Britney a survécu à 2007, tu peux survivre à ta journée". 

-
- © -
https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV