BFMTV

Gérard Depardieu: sa colère contre la justice française qui a "tué" son fils pour 2 grammes d'héroïne

Gérard Depardieu et son fils Guillaume à Cannes en 1997

Gérard Depardieu et son fils Guillaume à Cannes en 1997 - Patrick Hertzog - AFP

Dans un entretien au Daily Beast, l'acteur français a évoqué son fils, Guillaume, mort en 2008 des suites d'une pneumonie foudroyante.

La colère d'un père. Lors d'un entretien fleuve accordé au magazine américain The Daily Beast, l'acteur français Gérard Depardieu a vidé son sac, parlant notamment d'un sujet qu'il aborde peu en public: la mort de son fils, Guillaume. En 2008, le comédien de 37 ans décédait des suites d'une pneumonie foudroyante après une infection dû à un staphylocoque doré. Près de 10 ans après la disparition de son fils, le géant du cinéma français a laissé éclaté sa colère.

Alors qu'il explique à la presse américaine que la justice de leur pays "est meilleure que la justice française", le comédien de 68 ans confie: "Ils ont tué mon fils pour deux grammes d'héroïne. Il y a une vieille juge hargneuse qui voulait tuer mon fils... Elle était juge à Versailles et elle voulait absolument coincer un Depardieu. Alors elle s'est attaquée à mon fils. Mais si elle avait pu, c'est à moi qu'elle aurait passé les menottes..."

"J'en veux véritablement à l'Etat"

Ce n'est pas la première fois que Gérard Depardieu pointe du doigt la responsabilité de l'Etat dans la mort de son fils. En 2013, l'acteur confiait déjà à France Culture: "Guillaume a été blessé par l'acharnement d'une juge d'application des peines qui était à Versailles où, alors qu'il avait treize ans, pour deux grammes d'héroïne, il prend trois ans de prison. J'en veux véritablement à l'Etat."

Les relations entre Gérard Depardieu et son fils ont toujours été compliquées. Dans un entretien au Parisien, en 2003, Guillaume Depardieu avait eu des propos durs à l'égard de son père, dont il déplorait l'absence, le qualifiant de "lâche, tricheur et feignant dans l'âme".

Fabien Morin