BFMTV

Gérard Depardieu: "Je voudrais m’endormir pour l’éternité"

Gérard Depardieu à Cannes lors de la conférence du film Valley Of Love.

Gérard Depardieu à Cannes lors de la conférence du film Valley Of Love. - AFP

Interviewé par Vanity Fair, Gérard Depardieu s’est laissé aller à quelques confidences au sujet de son fils Guillaume et de son rapport à la mort.

Mis à l’honneur dans le nouveau numéro de Vanity Fair, Gérard Depardieu n’a pas mâché ses mots lors d’une rencontre avec l’écrivain Sylvain Tesson. Ce monstre du cinéma, qui revient sous le feu des projecteurs avec Valley Of Love (où il tient l’affiche au côté d’Isabelle Huppert), n’a pas hésité à se dévoiler et à aborder des sujets intimes.

"Je peux mourir à présent" 

Ses semblables, Depardieu ne s’y intéresse pas. "Ils m’ennuient, les deux pattes. Je me fatigue de les écouter. Je ne crois en rien, surtout pas en moi". L’acteur français semble las. "Parfois, le soir, dans mon lit, je voudrais m’endormir pour l’éternité". Mais la mort est loin d’effrayer l’acteur. "J'ai tout vécu, raconte-t-il. Cela, il n'y a pas beaucoup de gens qui peuvent le dire, je peux mourir à présent. J’ai tout vécu, je n’aime pas la vie. Et je me dis parfois le soir que j’aimerais ne pas me réveiller, je peux mourir. Qui peut avoir le culot de dire cela ? J'ai fait ma vie parce que j'avais envie et que c'était possible et ce n'est pas condamnable".

La douleur d’un père

Autre sujet délicat que Depardieu accepte d’aborder: celui de son fils, Guillaume, décédé en 2008. "Avec Guillaume, les choses se sont révélées. Il hurlait, ici, face à mon poitrail", raconte-t-il. "Et ce n'est pas parce que tu laisses un enfant te hurler toutes les choses que tu n'as pas faites, ce n'est pas pour cela que tu comprends comment réparer. Tu reçois les hurlements en pleine gueule. Et tu ne sais toujours pas ce qu'est l'idée de réparer. Et alors, tu vis la douleur d'un père".

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV