BFMTV

Épinards, poule magique et marin d'eau douce: l'histoire secrète de Popeye qui fête ses 90 ans

Popeye

Popeye - DR

Le célèbre matelot inventé par E.C. Segar fête son anniversaire. L'occasion de revenir sur son histoire.

Le 17 janvier 1929, il y a 90 ans, un drôle de personnage fait son apparition dans la bande dessinée Thimble Theatre d'Elzie Crisler Segar publiée dans le New York Journal depuis 1919.

Borgne - son nom vient de pop eye, "œil crevé" -, doté d'avant-bras surdéveloppés et d'une forte personnalité, ce matelot ne paye pas de mine. Un petit monsieur, un certain Castor Oyl, l'interpelle. Celui-ci souhaite se rendre en bateau, avec sa sœur Olive et son compagnon Ham Gravy, sur une île-casino pour y détruire une banque à l'aide d'une poule magique. "Vous êtes marin?" lui lance Castor. "Est-ce que j'ai l'air d'un cowboy?", lui répond l'intéressé, qui a été inspiré par le véritable boxeur Frank "Rocky" Fiegel.

Ainsi naît Popeye, un des personnages les plus connus de la culture populaire. Sa gouaille séduit tant le public qu'il vole rapidement au héros Ham Gravy la vedette, en même temps que sa fiancée Olive Oyl! Deux ans plus tard, en 1931, la BD est rebaptisée Thimble Theatre starring Popeye. En 1933, les studios Fleischer l'adaptent en dessin animé. Le mythe est en marche. 

La première apparition de Popeye
La première apparition de Popeye © King Features

"Il se moque allègrement des tabous"

Une fois Popeye créé, E.C. Segar imagine une multitude de personnages. Parmi eux figurent Wimpy, modèle du pique-assiette, et la fabuleuse créature Eugene the Jeep. Apparu en 1936, le personnage prêtera son nom en 1941 à l'armée américaine pour baptiser un célèbre véhicule tous terrains. Editée par le magnat de la presse William Randolph Hearst (l'inspirateur de Citizen Kane), l'œuvre d'E.C. Segar se démarque par un ton provocateur: 

"Il se moque allègrement des tabous et des conformismes de notre société. Avec ses extraordinaires et agressifs personnages, il conçoit une œuvre unique et dénonce indirectement le mode de vie américain qu'il juge absurde et pernicieux", note le spécialiste Patrick Gaumer dans son dictionnaire de la bande dessinée paru chez Larousse.

Malgré les tentatives de William Randolph Hearst de rendre le personnage respectable, Segar se moque joyeusement des valeurs de la société américaine, du couple à la famille en passant par l'argent. 

"Popeye demeure l'une des bandes dessinées les plus drôles jamais créées. Véritable génie comique, Segar se plaît à parodier tour à tour la plupart des genres en vogue: western, fantastique [...], inventant des situations marquées au sceau de l'incongruité ", écrit le spécialiste Jean-Marie Mercier dans La bande dessinée son histoire et ses maîtres.
Popeye
Popeye © Futuropolis

Les ventes d'épinards s'envolent

Matelot surhumain, Popeye tire à l'origine sa force d'une poule magique nommée Bernice. Dans sa première aventure, le personnage manque de mourir, truffé de balles, et ressuscite en caressant les plumes de la fameuse Bernice. L'idée sera rapidement abandonnée.

En 1932, Popeye devient accro aux épinards, présenté comme la source de sa puissance. Segar aurait été influencé par une étude de 1870 réalisée par le chimiste allemand Erich von Wolf, qui affirmait que 100 g d'épinards contenaient 35 mg de fer. Des décennies plus tard, une erreur a été trouvée dans cette étude: Wolf avait oublié une virgule, les épinards ne contiennent que 3,5 mg de fer!

L'idée des épinards aurait également été soufflée à Segar par le gouvernement américain pour inciter les Américains à en manger pendant la Grande Dépression. Grâce à la popularité de la bande dessinée, les ventes d'épinards se sont envolées dans les années 1940 et 1950. Preuves de ce succès, des statues du personnage ont ainsi été érigées dans les régions productrices d'épinards aux Etats-Unis.

Gérard Depardieu en Popeye

Le 13 octobre 1938, E.C. Segar meurt à l'âge de 43 ans. Après sa disparition, sa BD perd sa dimension provocatrice, mais perdure. Le personnage est le héros d'une série animée au début des années 1960. Pendant ce temps, la publication se poursuit dans la presse quotidienne puis hebdomadaire. Superstar mondiale, Popeye est connu en France dès 1935, où il apparaît sous le nom de Mathurin.

La littérature et le cinéma ne cessent de lui rendre hommage. En 1933, William Faulkner baptise Popeye son gangster sadique de son roman Sanctuaire. En 1971, il prête son nom au policier joué par Gene Hackman dans French Connection de William Friedkin. En 1980, Robin Williams l'incarne dans un long-métrage en prises de vue réelles réalisé par Robert Altman. En 1989, Alain Resnais déguise Gérard Depardieu en Popeye dans I Want to Go Home. Au début des années 2010, Genndy Tartakovsky, le créateur de Samuraï Jack, planche en vain sur un projet de long-métrage.

En vue de son 90e anniversaire, le matelot a repris du service dans une série animée publiée sur YouTube. De la presse papier au Web, Popeye aura traversé, insubmersible, tous les médias artistiques.

Jérôme Lachasse