BFMTV

En plein bras de fer avec Brad Pitt, Angelina Jolie se sépare de la reine des divorces de stars

Angelina Jolie

Angelina Jolie - EMMANUEL DUNAND / AFP

Sous l'impulsion de sa nouvelle avocate Samantha Bley Dejean, la réalisatrice d'Invincible mène la contre-attaque.

La presse américaine l'annonçait depuis début août sur le départ. Elle s'est finalement fait virer: embourbée dans un long bras de fer avec son futur ex-compagnon Brad Pitt, Angelina Jolie s'est séparée de la redoutable avocate Laura Wasser, considérée comme la reine des divorces des stars.

"Angelina a décidé de changer d'avocate et de s'en remettre à Samantha Bley Dejean, dont la spécialité est la protection des intérêts des enfants", a indiqué au magazine People Mindy Nyby, la porte parole de la comédienne. "Angelina apprécie la coopération de Laura lors de la transition ces dernières semaines."

"Une tentative flagrante d'obscurcir la vérité"

Sous l'impulsion de Samantha Bley Dejean, la réalisatrice d'Invincible a accusé Brad Pitt de ne pas avoir payé de pensions suffisantes depuis leur séparation en 2016. Selon un proche, ce dernier a rétorqué qu'il avait "payé beaucoup plus que n'importe quel accord informel pourrait le stipuler et beaucoup plus que n'importe quel juge aurait pu lui ordonner". 

La contre-attaque de Samantha Bley DeJean n'a pas tardé: "Ce qui a été déclaré du côté de Brad aujourd'hui est une tentative flagrante d'obscurcir la vérité et de détourner l'attention du fait qu'il n'a pas complètement respecté ses obligations légales pour subvenir aux besoins des enfants". 

"Un prêt n'est pas une pension alimentaire"

L'acteur affirme avoir payé 1,3 million de dollars pour aider Angelina Jolie et leurs enfants. Il lui aurait également fait un prêt de 8 millions de dollars pour qu'elle puisse acquérir la bâtisse où elle réside actuellement.

Selon Samantha Bley DeJean, Brad Pitt, qui a choisi de rester dans la demeure familiale et de conserver ce qu'elle contient, devait "aider à couvrir l'achat de cette nouvelle maison". Il aurait décidé "à la place de faire un prêt à Angelina, à qui il demande désormais un remboursement avec intérêt".

Angelina Jolie "honorera ce prêt", affirme son avocate, qui ajoute: "un prêt, en revanche, n'est pas une pension alimentaire et s'imaginer que cela est le cas est faux". La star demande à son compagnon "de prendre en charge la moitié des dépenses des enfants". 

Jérôme Lachasse