BFMTV

Elisa Tovati revient sur la mise en scène de son pétage de plombs: "J'ai été dépassée par les événements"

Elisa Tovati

Elisa Tovati - BFMTV

La chanteuse revient pour BFMTV sur la controverse née du tournage de son clip. Elle explique qu’une vidéo a été diffusée par une tierce personne, laissant les internautes croire qu’elle avait vraiment saccagé un restaurant parisien.

Les images ont troublé les internautes la semaine dernière. Elisa Tovati, folle de colère, saccageant un restaurant parisien en plein rendez-vous professionnel. Samedi, elle confiait au Parisien que cette séquence avait été tournée pour son nouveau clip, La Machine, et qu'une vidéo avait été volée et publiée sur les réseaux sociaux en amont. Pour BFMTV, elle revient sur le déroulé de la semaine et l'incompréhension suscitée.

"J'ai été dépassée par les événements", reconnaît-elle. "On a mis toutes les images des téléphones dans un Whatsapp commun et quelqu'un a pris une des vidéos et l'a diffusée. J'ai été prise de court, mais de toute façon je voulais poster quelques images, et c'est pour ça que j'avais préparé le tournage pour poster des images. (Mais) le son probablement pas, et toutes les images probablement pas."

"Le but était de choisir et de sélectionner", poursuit la star de La Vérité si je mens 2, qui se produira le 6 décembre prochain au Café de la danse. "Donc là ça a été pris en frontal par les gens, qui ont réagi d'une façon assez frontale."

"Il fallait que le clip soit fort"

Avec La Machine et le clip qui l'accompagne, Elisa Tovati cherchait à dénoncer la brutalité de l'industrie musicale et la manière dont les artistes sont traités. 

"À un moment donné de ma vie, bien sûr que j'ai eu envie d'être cette femme qui casse tout. Ça arrive à tout le monde (...) On a vu encore toutes les manifestations et tout ce qui s'est passé ces derniers mois en France; tout le monde, à un moment donné, a un burn-out, a envie de péter les plombs, casser la machine et envie de dire stop au système. C'était ça le message. Et le message est fort, et il fallait que le clip soit tout aussi fort."

Si elle "assume entièrement cette oeuvre artistique", qu'elle a réalisée pour "se faire entendre", elle présente ses excuses pour le malentendu qui en a résulté:

"Je ne voulais pas choquer, pas du tout", assure Elisa Tovati. "Mais je comprends que les gens aient pu être choqués par ma démarche et je m'en excuse, parce que les gens ont été fragilisés et sensibles à cette vidéo et se sont demandé si c'était vrai, si c'était faux. Ça a pu être paniquant."
Benjamin Pierret