BFMTV

Document BFMTV - Françoise Hardy: "Je suis une miraculée"

Rencontre avec Françoise Hardy, chez elle. La chanteuse évoque sa maladie, son traitement et la chanson. 

Françoise Hardy a reçu chez elle BFMTV pour évoquer son combat contre la maladie. La chanteuse est notamment revenue sur son malaise, en mars dernier, son "black out", et les jours qui ont suivi. Aujourd'hui, elle se considère comme une miraculée et n'envisage pas de reprendre la chanson. Rencontre.

Que disent les médecins?

Les médecins (elle rit), pour eux, c'est inespéré que je sois encore là puisqu'ils m'ont cru morte ! Ils ont cru qu'il n'y avait plus rien à faire. Mon oncologue m'a dit que j'étais extrêmement malade, extrêmement faible, fragile, etc. Je n'ai jamais réalisé que la situation était grave à ce point. Je suis une miraculée, mais la médecine occidentale et la compétence de mon médecin y sont pour beaucoup.

En mars, vous avez fait une chute, que s'est-il passé?

Je me souviens surtout du choc de la tête contre le carrelage et après blackout pendant trois semaines. Il y a eu quelques jours de coma. Je n'ai pas tous les détails en tête, puisque je ne les ai pas vécus consciemment. J'avais fait un oedème pulmonaire, c'est là où la situation est devenue très critique. Tout ça s'est greffé sur le problème du lymphome. Quand les médecins ont vu que la situation était de pire en pire et que j'allais y passer, 'administrons-lui les deux chimio' et c'est ce qui m'a ressuscitée en fait.

Allez-vous arrêter la chanson?

Je crois que j'ai donné le meilleur de ce que je pouvais donner dans ce domaine-là. Il faut de l'énergie pour enregistrer quoi que ce soit. Cette énergie, je ne l'ai plus. Et puis il y a cette fatigue qui vient se greffer là-dessus. De toute façon, je vais être boudée par les médias, en tout cas les stations radiophoniques. Il va falloir que je trouve quelque chose à faire, parce que bien que je sois à l'âge de la retraite depuis longtemps, je ne me sens pas bien quand je ne fais rien. Il arrive un moment où je culpabilise, où je m'ennuie, même.

Avez-vous des projets?

Pour l'instant, je ne peux pas avoir de projets, puisque je ne sais pas dans quel état je serai en septembre. En septembre, normalement, les chimio, on arrivera au bout. Est-ce qu'il faudra en faire d'autres, dans quel état physique serai-je?

M. R. avec Philippe Dufreigne