BFMTV

Diam's: "Je suis Française et musulmane, je n'ai pas à choisir"

Diam's

Diam's - Bertrand Guay - AFP

L'ancienne rappeuse a répondu aux questions de Thierry Demaizière dimanche 24 mai dans Le portrait de la semaine, diffusé dans le magazine Sept à Huit de TF1.

Plus de deux ans qu’elle ne s’était pas exprimée dans les médias. À l’occasion de la sortie de son second livre Mélanie française et musulmane, l’ancienne star du rap s’est confiée dans l’émission Sept à Huit, diffusée sur TF1.

Au cours de son interview avec Thierry Demaizière dans Le portrait de la semaine, Mélanie Georgiades, alias Diam’s, est notamment revenue sur les attentats de janvier dernier: "J’étais là derrière le poste à condamner tout ce qui se passe", se souvient-elle. "Ça me dépasse. Ça n’est pas l’islam. On est réduit à quelques fous, quelques égarés qui eux, tuent, sont barbares", déplore-t-elle. "Depuis janvier, on fait profil bas, je fais attention quand je sors", avoue l’ancienne tête brûlée du rap.

"Un jour, une dame m’a dit ‘Belphégor! Rentre chez toi!"

Le quotidien de Mélanie a changé du tout au tout depuis sa conversion à l’islam. Elle a beau aller mieux, la jeune femme de 34 ans connait encore des moments difficiles, dus à ses choix: "Quand on ne me reconnaît pas, on m’insulte. Un jour, une dame m’a dit ‘Belphégor! Rentre chez toi!’; le ‘rentre chez toi’ pose débat. Je suis française et musulmane, je n’ai pas à choisir", défend-elle. "Je sors de chez moi en suppliant dieu qu’il ne m’arrive rien, je fais profil bas", reconnaît l’ex-rappeuse qui tente tant bien que mal de "prôner la paix au quotidien".

Aux féministes qui s’offusquent du changement de vie radical de l’ancienne artiste, Mélanie Georgiades leur répond qu’elle désire simplement "faire ce qu’elle veut de son corps", comme les autres. "En quoi suis-je moins digne qu’une autre femme?", s’interroge-t-elle. "Je réclame juste le droit de me couvrir, je n’ai rien fait de mal, c’est là que je ne comprends pas". Si Diam’s à bel et bien disparu, Mélanie tient à rassurer les téléspectateurs: elle ne veut surtout pas donner l’image d’une femme mystérieuse, renfermée sur elle-même et sur la religion: "Je suis une femme comme les autres qui aime les choses à la mode, les beaux sacs à main", confiant même accepter d’avantage sa féminité depuis qu’elle porte le voile.

"Je ne suis pas l’esclave d’un barbare barbu"

Concernant sa vie personnelle, la Française confesse avoir connu quelques changements: mère de deux enfants désormais, elle a également essuyé un divorce. Un évènement douloureux qu’elle a choisi d’évoquer dans son livre afin de "casser certains clichés sur la femme musulmane": "Je ne suis pas l’esclave d’un barbare barbu. Derrière le voile, nous sommes avant tout des femmes", martèle Diam’s. Si ce divorce lui a permis de retrouver l’amour depuis, elle reconnaît avoir vécu un "passage difficile", où elle aurait facilement pu retrouver ses vieux démons: la dépression et l’hôpital psychiatrique. Mais Mélanie dit faire face à la solitude avec un enfant à charge grâce à la foi.

"Je suis en paix avec moi-même, et je suis heureuse"

L’ex-star du rap français a profité de ces deux dernières années pour se réconcilier avec son père qui l’a abandonné et qui ne l’a pas élevée. "Ça a pris du temps", concède-t-elle tout même. "J’étais prête à défier la mort avant. Aujourd’hui, je constate à quel point j’ai changé: j’aime vivre, partager du temps avec les miens. Je suis heureuse".

À la question de savoir si un potentiel retour à la musique est envisageable, Mélanie répond avec conviction: c’est "non !". "Je n'assume pas. Il y a des trucs... j'étais vulgaire, il ne faut pas l'oublier, j'ai dit des choses qu'aujourd'hui, non... Je ne suis plus cette femme-là. Je ne suis plus en colère. Ce n'est plus la guerre dans ma tête. Je ne suis plus en quête d'une vie à mille à l'heure, de Bonnie and Clyde. Je suis tranquille, quoi!" L’ancienne bête de scène assure qu’elle ne pourrait pas "faire abstraction du milieu: le showbiz". "Je ne chantais pas pour chanter, j’avais une colère, j’avais des messages à faire passer. Et tout d’un coup je suis en paix avec moi-même, et je suis trop heureuse", répète-t-elle.