BFMTV

Comment TMZ est devenu une référence dans l'actu des célébrités

Harvey Levin dans la rédaction de TMZ

Harvey Levin dans la rédaction de TMZ - Capture d'écran TMZ

Il a été le premier à annoncer la mort de Prince jeudi soir. Et son nom est régulièrement cité comme source à la moindre actualité touchant l'univers du showbiz. Mais qui se cache derrière le site américain TMZ, créé en 2005, souvent décrié pour sa ligne éditoriale douteuse, mais devenu incontournable pour ses scoops planétaires?

Trois lettres devenues des références. Trois lettres qui font souvent aussi trembler les célébrités. Dénoncé pour son éthique éditoriale parfois douteuses, TMZ n'en est pas moins l'auteur de scoops aux répercussions mondiales depuis plusieurs années. De la mort de Michael Jackson en 2009 à celle de Prince ce jeudi 21 avril 2016, ce site tapageur américain sur les people a souvent pris de vitesse les autres médias, devenant une source fiable dans son domaine. Mais qui se cache derrière cette rédaction basée à Los Angeles ? 

> Sa création

Le site TMZ (acronyme de "Thirty Miles Zone") a été fondé en 2005 par Harvey Levin, à l'instigation des Studios Warner et du fournisseur d'accès Internet AOL. Il doit son nom à la zone entourant les studios de cinéma d'Hollywood. Aujourd'hui, TMZ appartient au géant des médias Time Warner. En 10 ans, le site spécialisé dans l'actualité des célébrités s'est construit une place de choix, transformant les potins people en véritables informations. 

En 2013, TMZ enregistrait 27 millions de visiteurs uniques par mois, soit autant que le New York Times. Cette année-là, le site a engrangé pas moins de 55 millions de dollars de bénéfices, comme le rapportait le magazine Lui lors d'une précédente enquête.

Harvey Levin, fondateur du site américain TMZ
Harvey Levin, fondateur du site américain TMZ © Frederick M.Brown - Getty Images North America - AFP

> Un puissant réseau

Des yeux et des oreilles partout. Tout le temps. Et qu'importent les moyens. Tel est le secret de la réussite de TMZ. Dans un article brossant son portrait en février dernier, The New Yorker rapportait que TMZ avait "construit un solide réseau de sources, comprenant des avocats du secteur du divertissement, des stars de téléréalité, des agents de films pornographiques et des employés de tribunaux qui ont permis à (Harvey) Levin de faire tomber les murs protégeant la vie des célébrités". TMZ compterait notamment sur une "taupe" travaillant dans un service de voiturage de luxe qui l'approvisionnerait en potins croustillants, selon le magazine.

> Ses "faits d'armes"

C'est en 2006 que TMZ s'offre son premier scoop planétaire avec l'arrestation de l'acteur Mel Gibson, arrêté pour conduite en état d'ébriété, auteur par la suite de déclarations antisémites. TMZ fut également le premier à annoncer la mort de Michael Jackson en 2009 (dix-huit minutes seulement après l’heure indiquée sur l’acte de décès et deux heures avant tout le monde), premier encore ce jeudi 21 avril 2016 pour le décès de Prince à 57 ans.

Le site américain avait aussi ébranlé le monde du sport aux Etats-Unis en diffusant une vidéo d'une star du football américain, Ray Rice, frappant sa fiancée dans un ascenseur. Il s'était également procuré la photo de Rihanna, défigurée après s’être fait frapper par son compagnon Chris Brown en 2009. Sans oublier le "Solange Gate" avec la célèbre vidéo de Solange Knowles, frappant son beau-frère Jay-Z dans un ascenseur en 2014.

Le site annonce la mort de Michael Jackson avant tout le monde en 2009
Le site annonce la mort de Michael Jackson avant tout le monde en 2009 © TMZ

> Un style décrié

Les méthodes de TMZ en font grincer plus d'un. Nombreux sont ceux à accuser le site d'outrepasser la ligne éthique du journalisme en payant ses sources. Sans complexe, son fondateur Harvey Levin avait lancé un "il n'y a rien de mal à ça" lorsqu'on l'avait interrogé sur des rumeurs disant que le site avait payé 250.000 dollars pour la fameuse vidéo du "Solange Gate". "Une vidéo reste une vidéo. Qui se préoccupe de savoir si on a payé pour l'obtenir?", avait-il dit alors sur Fox News. 

Comme l'expliquait le magazine Lui, Harvey Levin se targue de prendre le contre-pied de ses concurrents pour décrocher ses exclus. "Armé de son bagage d’avocat et de sa longue expérience de journaliste judiciaire (...), les scoops de TMZ sont systématiquement appuyés par une vidéo ou un document officiel, ce qui lui vaut de n’avoir jamais été attaqué en diffamation."

> L'ennemi des célébrités

Objet de plusieurs révélations sur TMZ, l'acteur américain Alec Baldwin n'avait pas épargné son fondateur dans une déclaration reprise par le New Yorker: "Il fut un temps où mon souhait le plus cher aurait été de poignarder Harvey Levin avec un instrument rouillé puis de regarder ses entrailles couler sur mon avant-bras, dans une mise en scène à la Macbeth."

Plus mesuré, le présentateur vedette de la télévision américaine Larry King n'en avait pas moins exprimé lui-aussi ses réticences face au site, après la diffusion d'une énième vidéo choc, montrant cette fois des corps transportés hors d'un véhicule accidenté, en 2014: "Ils se nourrissent des choses dures que traversent les gens et je ne suis pas vraiment pour", disait-il sur le site Take Part

F.M. avec AFP