BFMTV

"Très heureuse pour lui": Fanny Ardant prend la défense de Roman Polanski après les César

Fanny Ardant lors de la 45e cérémonie des César

Fanny Ardant lors de la 45e cérémonie des César - Bertrand GUAY - AFP

Interrogée à sa sortie de la salle Pleyel, l'actrice a pris la défense du cinéaste, prix de la meilleure réalisation pour son film J'accuse. Une récompense qui a suscité l'indignation.

Fanny Ardant, "très heureuse" pour Roman Polanski. L'actrice française a décroché vendredi soir le César du meilleur second rôle féminin grâce à sa prestation dans Belle Epoque de Nicolas Bedos. Interrogée par les journalistes à l'issue de cette 45e cérémonie, son prix en main, la comédienne a pris la défense du cinéaste, visé par des accusations de viol.

"Je n'aime pas la condamnation"

Absent lors de cette soirée sous tension, Roman Polanski a reçu le prix de la meilleure réalisation pour son film J'accuse, suscitant l'indignation.

"Écoutez. Moi quand j'aime quelqu'un, je l'aime passionnément. J'aime beaucoup, beaucoup, Roman Polanski, donc je suis très heureuse pour lui", a assuré Fanny Ardant à sa sortie de la salle Pleyel, Nicolas Bedos à ses côtés. "Après, je comprends que tout le monde n'est pas d'accord, mais vive la liberté. Je suivrai quelqu'un jusqu'à la guillotine, je n'aime pas la condamnation."

L'actrice Adèle Haenel, symbole d'un nouvel élan de #MeToo en France depuis qu'elle a accusé en novembre le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements répétés" quand elle était adolescente, a de son côté quitté la salle, suivie par d'autres spectateurs.

Une manifestation anti-Polanski

Vendredi matin, le ministre de la Culture Franck Riester avait estimé sur France Info qu'un César du meilleur réalisateur pour Roman Polanksi serait "un symbole mauvais par rapport à la nécessaire prise de conscience que nous devons tous avoir dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes".

Quelques heures avant le début de la cérémonie, plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés non loin de la salle Pleyel pour dénoncer les nominations du film.

"On veut interpeller le milieu du cinéma qui peut soutenir Adèle Haenel, qui dénonce des faits d'agressions sexuelles et, dans le même temps, avec une hypocrisie incroyable, soutient Roman Polanski", avait expliqué Céline Piques, porte-parole de Osez le féminisme à l'AFP.
Nawal Bonnefoy