BFMTV

Télé: sur Arte Tomboy cartonne grâce aux attaques de Civitas

L'actrice Zoé Héran dans une scène de Tomboy, de Céline Sciamma, sorti en avril 2011.

L'actrice Zoé Héran dans une scène de Tomboy, de Céline Sciamma, sorti en avril 2011. - -

L'organisation catholique intégriste Civitas voulait interdire la diffusion de Tomboy. Un film sur une petite fille qui se fait passer pour un petit garçon. Résultat: Arte a doublé ses parts d'audience par rapport à la semaine dernière.

L'association Civitas a-t-elle contribué malgré elle aux bonnes audiences d'Arte mercredi soir? Cette organisation catholique, proche de la mouvance intégriste, s'était érigée contre la diffusion du film Tomboy à 20h50 sur la chaîne franco-allemande, au point d'appeler à sa déprogrammation. Or l'audience d'Arte, qui a dépassé le million de téléspectateur en première partie de soirée, a été plus qu'honorable.

Avec 1,25 million de téléspectateurs et 2,5% des parts d'audience, Arte a ainsi réalisé "un bon score", note ainsi Jean-Marc Morandini sur son blog. Evidemment, ce n'est rien par rapport à l'audience de TF1, qui a pulvérisé les parts d'audience avec ses Experts (presque 6 millions de téléspectateurs et près d'un quart des parts d'audience à lui seul).

Il n'empêche: Arte, chaîne réputée confidentielle, a réalisé de belles audiences avec Tomboy. A titre de comparaison, note jeudi le Huffington Post, le film de la semaine précédente n'avait rassemblé que la moitié de ces téléspectateurs (615.000, soit 2,5% des parts d'audience).

Un appel au harcèlement téléphonique "poli"

Lundi, sur son site, l'organisation Civitas avait appelé "les familles françaises à réagir et à empêcher la diffusion de ce film de propagande sur l'idéologie du genre". Au-dessous, une liste de contacts de la chaîne franco-allemande. En clair, il s'agit de harceler la chaîne par téléphone, "fermement mais poliment", jusqu'à obtenir la déprogrammation du film.

Ce qui gênait Civitas? Le fait que Tomboy (garçon manqué, en anglais) traite d'une fille de 10 ans qui se fasse passer pour un garçon auprès de ses amis, en pleine polémique sur la "théorie du genre". Mardi, Arte indiquait néanmoins au magazine Télé Obs avoir reçu autant de coups de fil de soutien que de colère.

M. T.