BFMTV

Taha Bouhafs a souhaité incarner Mehdi Meklat dans un film à venir

Taha Bouhafs en juin 2019

Taha Bouhafs en juin 2019 - Capture d'écran YouTube - Regards

Le réalisateur Laurent Cantet prépare un film inspiré par l'affaire Mehdi Meklat, du nom du chroniqueur et écrivain dont les tweets haineux ont été exhumés en 2017. Un sujet qui a particulièrement intéressé son ami Taha Bouhafs, qui a tenté d'obtenir le rôle.

Journaliste pour les uns, activiste pour les autres, Taha Bouhafs deviendra-t-il également un acteur? Interpellé la semaine après la manifestation qui a perturbé une sortie au théâtre d'Emmanuel Macron, le clivant jeune homme de 22 ans a passé il y a plusieurs mois des essais pour incarner dans un film à venir de Laurent Cantet un rôle inspiré par Mehdi Meklat, le chroniqueur et écrivain mis sur la touche en 2017 après la découverte de tweets racistes et antisémites.

C'est Le Monde qui dévoile cette information dans un portrait consacré à celui qui se définit comme "journaliste des luttes". Selon le quotidien, les deux hommes sont proches et Mehdi Meklat, "encore traumatisé par sa chute brutale", aurait demandé "en vain" à son ami de "se poser". Comprendre, limiter un peu son usage des réseaux sociaux.

Bientôt à Cannes?

Chroniqueur au Bondy Blog passé par France Inter, Mehdi Meklat avait tweeté jusqu'en 2015 sous le pseudonyme "Marcelin Deschamps" de nombreux tweets injurieux qui alternaient entre racisme, antisémitisme, homophobie, ou encore misogynie. Face à la polémique, Meklat avait affirmé avoir "incarné un personnage". Il avait ensuite présenté ses excuses dans Autopsie, un livre publié en novembre 2018.

C'est finalement Rabah Naït Oufella, déjà vu dans Entre les murs de Laurent Cantet (Palme d'or 2008) et plus récemment dans Grave de Julia Ducourneau, qui a hérité du rôle convoité par Taha Bouhafs. Déjà pressenti pour être sélectionné à Cannes cette année, ce film intitulé Arthur Rambo raconte l'histoire de Karim, écrivain aimé des médias dont on découvre un jour les messages haineux qu'il publie en ligne sous pseudonyme.

Jérôme Lachasse