BFMTV

Star Wars: qui est Alden Ehrenreich, le nouvel interprète de Han Solo?

Alden Ehrenreich

Alden Ehrenreich - Copyright 2017 Lucasfilm Ltd. & ™, All Rights Reserved. / Jonathan Olley

Repéré par Steven Spielberg et Francis Ford Coppola, l'acteur endosse le costume du célèbre contrebandier de l'espace.

La scène se déroule la nuit, la veille d'un braquage. Autour d'un feu, des personnages discutent. L'un d'eux, un jeune homme d'une vingtaine d'années, lance: "J'attends depuis longtemps une opportunité comme celle-là, je ne vous décevrai pas". Celui qui parle est Han Solo, joué désormais par Alden Ehrenreich dans le spin-off Solo: A Star Wars Story.

Cette réplique aurait pu être dite par Alden Ehrenreich lui-même. Âgé de 28 ans, il travaille depuis une dizaine d'années à Hollywood, sans avoir réussi à s'imposer. Celui qui a battu plus de 3.000 acteurs pour décrocher le rôle du célèbre contrebandier de l'espace mesure sa chance de figurer en tête d'affiche de la saga intergalactique imaginée par George Lucas:

"Accepter de jouer Han Solo, c'est l'aventure d'une vie", a-t-il indiqué au Figaro. "C'est le genre de rôle qui vous marque au fer rouge. C'est accepter un voyage intersidéral, pour le meilleur et pour le pire".

Un tournage difficile

Le pire a en effet été au rendez-vous: les réalisateurs d'origine, Phil Lord et Christopher Miller, ont été remplacés par Ron Howard ; dans la presse américaine, le scénario de Solo a été présenté comme "inadaptable" et Alden Ehrenreich, selon la même rumeur, ne savait "pas jouer" le personnage et a dû être aidé par un coach pour les dialogues.

Malgré l'indulgence de la critique, la réponse du public a été sans appel: au box office américain, Solo a à peine dépassé le seuil des 100 millions de dollars, une somme jugée insuffisante pour un tel blockbuster. En France, 449.986 fans ont vu le film lors de son 1er week-end. Pour Rogue One, l'autre film dérivé de Star Wars, ils étaient 1.306.857 sur la même période.

Alden Ehrenreich, pourtant, n'a pas déçu. La critique, française comme internationale, s'accorde pour dire qu'il a su parfaitement se glisser dans le costume de Han Solo, sans singer Harrison Ford. Mélange de film de guerre et de western, Solo présente le personnage sous un jour inédit, tour à tour valeureux et poissard, romantique et cynique. "Je ne suis pas un gentil, je suis un sale type", dit-il dans une scène.

Remarqué par Steven Spielberg

L'échec de Solo au box-office marque pour Alden Ehrenreich sa seconde tentative de lancer une franchise. En 2013, l'adaptation des romans pour adolescents Sublimes Créatures avait déjà suscité peu d'engouement. Les mauvaises langues pourraient dire que le comédien collectionne les flops. Il était à l'affiche, en novembre 2016, de L'Exception à la règle, le grand retour au cinéma de la légende hollywoodienne Warren Beatty. Situé dans les années 1950, ce biopic de Howard Hughes est sorti dans l'indifférence générale aux Etats-Unis, avant de paraître directement en DVD en France.

Malgré ces revers, le reste de sa filmographie est impressionnante. Remarqué par Steven Spielberg, Alden Ehrenreich a été révélé au grand public en 2009 dans Tetro, un drame familial de Francis Ford Coppola où il excelle. L'acteur est apparu ensuite dans Twixt, toujours de Francis F. Coppola, et dans Somewhere, de Sofia Coppola. Il a aussi joué sous la direction de Woody Allen (Blue Jasmine), de Park Chan-woook (Stoker) et de Joel et Ethan Coen. Dans Ave, César, ironiquement, il incarne un acteur avec des problèmes d'élocution. 

"J’ai besoin de travailler avec des réali­sa­teurs dont j’ad­mire l’œuvre", a-t-il indiqué à VSD. "Vous ne pouvez pas savoir à quel point il est enri­chis­sant de travailler plusieurs mois avec ces gens et de prendre conscience quoti­dien­nement du proces­sus créa­tif derrière ces films."

Grâce au tournage épique de Solo, gageons qu'il en sait désormais un peu plus sur les processus créatifs.

Jérôme Lachasse