BFMTV

Shia LaBeouf: "Steven Spielberg est moins un réalisateur qu'une putain d'entreprise"

Shia LaBeouf au Festival de Cannes en 2016

Shia LaBeouf au Festival de Cannes en 2016 - Loic Venance - AFP

Dans un entretien accordé à Variety, l'acteur américain est revenu sur ses différentes expériences avec le réalisateur d'Indiana Jones. Et il n'en pense pas que du bien.

Pas sûr qu'il soit de l'aventure pour le cinquième volet de la saga Indiana Jones que prépare Steven Spielberg. Shia LaBeouf, qui incarnait le fils du célèbre archéologue dans Indiana Jones et le royaume des crânes de cristal, ne porte pas vraiment le cinéaste américain dans son coeur. Dans une interview accordée à Variety, l'acteur a de nouveau fait savoir le peu d'estime qu'il portait à l'égard de Steven Spielberg.

"Je n'aime pas les films que j'ai faits avec Spielberg, confie-t-il. Le seul que j'ai aimé faire avec lui est le premier Transformers (Spielberg est le producteur, NDLR)." Le comédien de 30 ans, prochainement à l'affiche d'American Honey d'Andrea Arnold, justifie alors ses propos sur celui qu'il a côtoyé sur les tournages de Paranoiak ou encore L'oeil du mal et avec qui il rêvait pourtant de tourner: "Tu grandis avec cette idée, si tu bosses pour Spielberg, c'est là qu'il faut être. Et je ne parle pas de célébrité ou d'argents." Mais l'acteur avoue avoir vite déchanté.

"Tu ne rencontres pas le Spielberg de tes rêves"

"Tu entres là-dedans et tu réalises que tu ne rencontres pas le Spielberg de tes rêves, reconnaît Shia LaBeouf. Tu rencontres un Spielberg différent, dans une phase différente de sa carrière. Il est moins un réalisateur qu'une putain d'entreprise. Tu fais ça pendant cinq ans et tu commences à ne plus savoir ce que tu fais comme métier."

Il poursuit: "Les plateaux de tournage de Spielberg sont très différents. Tout est si méticuleusement préparé. Tu dois sortir ta réplique en 37 secondes. Tu fais cela pendant cinq ans, tu commences à avoir l'impression que tu ne connais pas le métier que tu fais".

Contacté par Variety, Steven Spielberg n'a pas souhaité commenté les propos de son ancien protégé.