BFMTV

Pourquoi Evangeline Lilly est la véritable star d'Ant-Man et la Guêpe

Evangeline Lilly dans Ant-Man et la Guêpe

Evangeline Lilly dans Ant-Man et la Guêpe - Copyright Marvel Studios 2018

BFMTV.com a pu rencontrer l'actrice, qui vole la vedette à l'homme-fourmi, dans la nouvelle production Marvel. Elle raconte comment l'affaire Weinstein, qui a éclaté en plein tournage, a influencé le film.

Après dix ans d’activité et une vingtaine de films à succès, Marvel Productions place pour la première fois sur le devant de l'affiche une super-héroïne. Dans Ant-Man et la Guêpe, réalisé par Peyton Reed, Evangeline Lilly vole la vedette à sa co-star Paul Rudd, qui joue l'homme-fourmi comme un personnage d'une comédie réalisée par Judd Apatow.

Connue pour Lost et Le Hobbit de Peter Jackson, Evangeline Lilly incarne Hope Van Dyne, fille de Hank Pym, le premier Ant-Man. Elle est l’anti-thèse de Scott Lang, alias Paul Rudd: sérieuse, précise, efficace. Un peu trop même, déplore l’actrice.

"On ne peut pas gagner tous les combats", explique celle qui s’est battue sur le tournage pour faire entendre sa voix. "J’ai passé mon temps à demander où étaient ses défauts. Ce qui m’importe, quand je joue, est de m’assurer que mon personnage ressemble à quelqu’un qui existe dans la réalité". Elle complète:

"S’il y a beaucoup de choses en Hope que je peux retrouver dans beaucoup de femmes que je connais, je ne cessais d’attendre le moment où elle s’énerverait, pleurerait ou serait impolie: quelque chose qui montrerait qu’elle est réellement humaine. Puis je me suis rappelée que j’étais dans un film de super-héros: il est possible d’avoir des personnages idéalisés dans ce monde".

L’affaire Weinstein a éclaté en plein tournage

Pour composer son personnage, l’actrice a travaillé avec le producteur, le réalisateur et les chorégraphes pour trouver une manière unique de bouger et de se battre. "Une fois que cela a été établi et qu'ils sont allés travailler avec les responsables des effets spéciaux, je devais leur faire confiance pour respecter ce que nous avions imaginé ensemble."

Elle n’a pas été déçue par le résultat et confirme qu’elle a eu la sensation d'être "badass, puissante et forte" dans son costume. Même son de cloche chez Hannah John-Kamen, qui incarne Ghost, le principal antagoniste du film: "Je me suis sentie invincible dans le costume. Je pensais que je pouvais tout affronter. Je marchais même d’une manière différente", analyse celle dont le personnage était dans la bande dessinée d’origine un homme.

L’importance accordée dans Ant-Man et la Guêpe aux personnages féminins était prévue de longue date, confirme Paul Rudd, qui a co-écrit le scénario de ce nouveau volet. "J’ai toujours eu à cœur de mettre en avant des personnages féminins", renchérit le réalisateur Peyton Reed. "Mon première film, American Girls, parle de pom-pom girls. Mon second, Bye Bye Love, parle de féminisme. Il était temps de faire Ant-Man et la Guêpe. C’était l’histoire qui m’excitait le plus pour faire cette suite".

L’affaire Weinstein a éclaté en plein tournage. Même si Peyton Reed ignore l’influence du scandale sur Ant-Man et la Guêpe, il estime que le projet a gagné depuis en pertinence: "C’était le moment parfait pour faire ce film". Evangeline Lilly a quant à elle été frappée de plein fouet par les témoignages des actrices: "Cela a été une expérience surréaliste à vivre. Je faisais un film où j’étais censée être plus puissante que je ne l’avais jamais été et, de toute ma carrière, je ne me suis jamais sentie aussi vulnérable et fragile."

Hannah John-Kamen dans Ant-Man et la Guêpe
Hannah John-Kamen dans Ant-Man et la Guêpe © Copyright Marvel Studios 2018

La Guêpe, symbole des femmes qui se battent pour l’égalité

Elle poursuit: "C'est dur d’affronter, surtout lorsque vous vous considérez comme une femme forte et indépendante, les limites de cette force et de voir que les inégalités demeurent toujours." Le scandale Weinstein a été pour elle "un éveil féministe".

"J’ai toujours dit que je n’étais pas féministe, mais humaniste: je veux que tout le monde soit égal. Puis j’ai compris que c’était ça le féminisme. Ce n’est pas parce qu’il a la même racine que le mot 'femme' que l’on doit haïr les hommes. Cela veut dire que l’on croit en l’égalité et que l’on veut se battre pour cela. Voir la Guêpe combattre sur un grand écran, c’était comme regarder les femmes en train de se battre pour l’égalité."

Celle qui a senti que sa voix "n’était pas toujours entendue sur les tournages", où elle n’était qu’un "faire-valoir", a senti l’impact du mouvement #MeToo lorsqu’a tourné des scènes additionnelles d'Ant-Man et la Guêpe au printemps:

“Il y avait une ambiance différente. Étonnamment, on m’écoutait plus, on me respectait plus. On me traitait comme un homme qui avait le rôle principal. Est-ce lié au fait que l’équipe avait vu le premier montage du film et qu’il se passe toujours un truc psychologique lorsque l’on voit quelqu’un jouer un super-héros? Ou est-ce que #MeToo et Time’s Up ont eu un véritable impact? Les hommes et les femmes ont dû se pencher sur leurs comportements et ont changé..."

Evangeline Lilly a elle-même étudié son propre comportement et s’est rendue compte qu’elle avait été "sexiste toute [sa] vie": "A l’adolescence, j’ai compris que si je voulais réussir, ou me faire respecter, je devais apprendre à me comporter comme un mec."

Si elle a vécu du sexisme sur des tournages, "comme on en subit partout", l’actrice de Lost dit avoir eu beaucoup de chance et n’avoir connu "aucune mauvaise expérience". L'actrice n’a d'ailleurs jamais voulu faire une carrière à Hollywood. Elle sait que son destin l'attend ailleurs et n'a qu'un rêve: se consacrer à l'écriture. 

a lire aussi

Panini publie à l'occasion de la sortie du film de Peyton Reed trois livres pour plonger dans l'univers d'Ant-Man.

Le premier, intitulé La Guêpe, est dessiné par Elsa Charretier et écrit par Jeremy Whitley. Ce réjouissant one-shot raconte les aventures de Nadia, la nouvelle Guêpe. Il s'agit en réalité de la fille de Hank Pym, qu'il a eu avec sa première femme Maria. Cette dernière a été capturée par des espions russes et Nadia a été élevée dans la même Chambre rouge que Black Widow.

Le second, Ant-Man, réalisé par Nick Spencer et Ramon Rosanas, s'intéresse à Scott Lang, joué par Paul Rudd au cinéma. Le troisième et dernier, Nous sommes Ant-Man et la Guêpe, retrace l'histoire du duo et son évolution au fil des années. On retrouve dans ce livre les origines du super-héros, l'arrivée de la Guêpe ainsi que les différents personnages qui ont endossé le costume de l'homme-fourmis. Une belle introduction aux comics après s'être laissé embarquer par les films Marvel.

Jérôme Lachasse